mardi 20 juillet 2010

Katie Byron

VIDEO EN BAS DE PAGE

Byron Kathleen Reid (6 décembre 1942) a fait une dépression sévère à la trentaine. Pendant dix ans sa dépression s’est aggravée, et Katie (c’est ainsi qu’on la nomme) a passé presque deux ans quasiment incapable de quitter son lit, obsédée par des idées suicidaires. Puis un matin, du plus profond de son désespoir, elle vécu une expérience d’éveil qui transforma sa vie.
Katie comprit que lorsqu’elle croyait qu’une chose devrait être différente de ce qu’elle est (« Mon mari devrait m’aimer d’avantage », « Mes enfants devraient m’apprécier ») elle souffrait, et que lorsqu’elle ne croyait pas ces pensées, elle était en paix. Elle réalisa que ce qui avait causé sa dépression n’était pas le monde autour d’elle, mais ce qu’elle croyait concernant le monde autour d’elle. Dans un éclair de compréhension, Katie réalisa que nos tentatives pour trouver le bonheur étaient inadaptées : au lieu d’essayer désespérément de changer le monde pour qu’il corresponde à nos pensées sur ce qu’il « devrait être », nous pouvons questionner ces pensées et, en rencontrant la réalité telle qu’elle est, éprouver une liberté et une joie inimaginables. Katie a élaboré une démarche simple et puissante de questionnement appelée Le Travail, qui permet cette transformation de façon pratique. En conséquence de cela, une femme clouée au lit, suicidaire, est devenue une femme débordante d’amour pour tout ce que la vie apporte.
Source du texte (et site officiel) : The work


Bibliographie (en français) :

- Aimer ce qui est : vers la fin de la souffrance. Ed. Ariane, 2003.
- J'ai besoin que tu m'aimes : est-ce vrai ? Ed. Guy Tredaniel, 2006.
- Investiguez vos pensées : changez le monde. Ed. Guy Tredaniel, 2009.


Un livre de sagesse pas comme les autres ! Il vous enseigne que la véritable sagesse n'est pas théorique, mais essentiellement pratique. Pour y accéder, il vous suffit toutes les fois que surgit une pensée négative et stressante, de vous poser quatre questions précises et étonnamment puissantes qui constituent le fondement de tout processus d'investigation personnelle : Est-ce vrai ? Puis-je avoir la certitude absolue que c'est vrai ? Quelle réaction suscite en moi cette pensée ? Que serais-je sans cette pensée ? En agissant de la sorte, vous comprendrez que ce ne sont pas vos pensées qui provoquent, en elles-mêmes la souffrance, mais votre attachement à celles-ci et votre croyance erronée en leur bien-fondé. Vous parviendrez, non pas à les maîtriser, mais à les aborder avec compréhension, recul et lucidité. Une fois les bonnes questions posées, vous trouverez les bonnes réponses et ainsi, la bonne attitude à adopter.



En quoi consiste ce « Travail » ?

C’est un travail d’enquête de nos pensées souffrantes, que j’ai appelé l'investigation intérieure. Sa définition la plus simple est : 4 questions et un retournement. Il se pratique de préférence par écrit, afin d’« arrêter » la pensée pour l’examiner. Lorsque vous ressentez un malaise face à une situation, vous pouvez menez ce travail d’investigation, de la manière suivante :
Prenons par exemple la pensée « Paul devrait m’écouter. »
A propos de votre pensée, demandez-vous :
- « Est-ce que c’est vrai ?» Quelle en est la réalité tangible ? Est-ce qu’il vous écoute ?
- « Pouvez-vous absolument savoir que c’est vrai ? » Pouvez-vous savoir que sa vie ou la vôtre serait meilleure si vous aviez ce que vous désirez ? Est-ce à vous de décider ce qui est bon ou juste pour un autre dans cette vie ? 
- « Comment réagissez-vous quand vous avez cette pensée ? » Comment vous conduisez-vous à son égard quand vous pensez qu’il devrait vous écouter et qu’il ne vous écoute pas? Comment vous considérez-vous vous-même?
- « Qui seriez-vous sans cette pensée ? » Imaginez-vous face à cette personne sans la pensée « Paul doit m’écouter ». Que voyez-vous ? Que ressentez-vous ?
Retournez votre phrase. Plusieurs types de retournements de la pensée sont possibles : on la retourne vers soi-même, vers l’autre, vers son contraire.
Ex. « Paul devrait m’écouter » devient « Je devrais m’écouter » (n’est-ce pas aussi vrai ou même plus vrai ?) « Je devrais écouter Paul » (Est-ce que moi j’écoute Paul ?) ou « Paul ne doit pas m’écouter » (C’est la réalité. C’est son affaire, sa liberté. Puis-je l’admettre ?).
Rester silencieux et découvrez l’inversion qui vous touche le plus.

Que peut apporter ce travail ?

J’ai remarqué que nous vivons sur base de concepts, de morales établies, de mythes et de philosophies et pas dans la réalité. Ce qui est vrai (le réel) est ce qui se passe dans l’instant, dans le moment présent.
En questionnant mes pensées par rapport à cette réalité, j’ai vu que j’essayais sans cesse de la modifier, avec pour résultat colère et tristesse. Le but était de me sentir plus heureuse et en paix. Or, j’ai constaté que lorsque j’arrêtais de vouloir la changer, j’étais dans cette paix tant recherchée.
J’ai réalisé que ma souffrance venait des pensées que j’avais sur le monde et non pas du monde lui-même et ma vie en a été radicalement changée.
J’ai aussi compris que les retournements sont en fait ce que je nomme les « messages de l’âme » et que le monde extérieur n’est que la projection de mon monde intérieur.
Les retournements sont mes ordonnances pour mon propre bonheur. Personne ne peut me rendre heureuse. « C’est mon affaire », comme on dit dans ce Travail.

A ce propos, tout le monde peut-il faire ce Travail ?

Oui. Ce Travail est une méthode simple et puissante pour mettre fin à la souffrance humaine. Même un enfant peut le faire. En fait les enfants sont très réceptifs à ce Travail car ils ne sont pas encore emprisonnés dans un carcan mental figé.
Il est destiné à tout un chacun en quête de paix.

Ce Travail n’est-il pas incompatible avec d’autres thérapies ?

En fait, il complète très bien toute thérapie et en accélère même le processus.
C’est un outil pratique et autonome de co-naissance de soi.
On m’a souvent dit que c’était le « chaînon manquant ». C’est un rayon laser qui nous mène au centre de ce que nous pensons être un problème.
Il peut devenir un véritable « Art de Vivre ».

Quel est l’impact de ce Travail dans votre vie ?

L’investigation Intérieure m’a permis d’aller en profondeur pour visiter une à une mes ombres et les transmuter à la lumière de la conscience. Ce voyage m’a fait voir l’impact que peut avoir notre mode de pensée sur notre santé (physique, émotionnelle, mentale et spirituelle). Il m’a permis de rencontrer peu à peu mes peurs et de les transformer en amour – de moi d’abord, par la capacité de m’accueillir enfin comme j’étais et non pas comme je pensais que je devais être – et des autres en acceptant davantage la réalité de chacun.
L’aboutissement de mon Travail est une proposition de stage intitulé « l’Amour ou la peur ? » qui permet de quitter le cercle vicieux de la peur dans lequel nous vivons constamment et de laisser naître le cercle vertueux de l’Amour en utilisant des clés bien concrètes, dont fait partie l’investigation.

Haut de page









































Autre vidéo (interview 19 juillet 2010) : Radio Ici Maintenant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...