dimanche 2 septembre 2012

Satprem ou Bernard Enginger


Marin et breton, bien que né à Paris en 1923. Résistant, il est arrêté par la Gestapo à l'âge de vingt ans et passe un an et demi en camp de concentration. Dévasté, il se retrouve en Haute-Égypte, puis en Inde au gouvernement de Pondichéry. Il rencontre Sri Aurobindo et Mère. Bouleversé par leur Message : L'homme est un être de transition, il démissionne des Colonies et part à l'aventure en Guyane où il passe une année en pleine forêt vierge, puis au Brésil, en Afrique…
   En 1953, à l'âge de trente ans, il revient définitivement en Inde auprès de Celle qui cherchait le secret du passage à la « prochaine espèce », Mère, dont il deviendra le confident et le témoin pendant près de vingt ans. Il consacre un premier essai à Sri Aurobindo et l'Aventure de la Conscience.
    À l'âge de cinquante ans, il rassemble et publie le fabuleux document du cheminement de Mère, l'Agenda, en 13 volumes.
Source (et suite) du texte : ire-miraditi
Autre biographie : wikipedia / clé


Bibliographie :
- L'Orpailleur (1960)
- Le Véda ou La Destinée Humaine (1961)
- Sri Aurobindo ou L'Aventure de la Conscience (1964)
- Le Grand Sens (1969)
- Sri Aurobindo et l'avenir de la Terre
- Par le Corps de la Terre ou Le Sannyasin (1974)
- La Genèse du Surhomme (1974)
- Mère, Une trilogie (1977)
1. Le Matérialisme Divin
2. L'Espèce Nouvelle
3. La Mutation de la Mort
- Introduction à l'Agenda de Mère (1977)
- Gringo (1980)
- Le Mental des Cellules (1981)
- La Vie sans Mort avec Luc Venet (1985)
- La Révolte de la Terre (1990)
- Lettres d'un Insoumis - Correspondance en 2 volumes (1994) couvrant la période 1947-1973
- La Tragédie de la Terre - de Sophocle à Sri Aurobindo (1995)
- La Clé des Contes (1997)
- Néanderthal Regarde (1999)
- Une lettre récente de Satprem (1999)
- Carnets d'une Apocalypse 1973-1978 (1999)
- La Légende de l'Avenir (2000) précédé d’Un Coup de Phare.
- Carnets d'une Apocalypse (suite : 1978-1987) (2000 à 2007)
- Mémoires d'un patagonien (2002)
- L'Oiseau Doël (2008)
En ligne : 

- Le mental des cellule (extraits) : intyoga


La substitution de vibration
Non, le but n'est pas l'immortalité dans ce vieux corps, cela ne vaudrait pas la peine du tout. "Qui souhaiterait rester dans ce logis étroit pendant des siècles ?" disait Sri Aurobindo. Il faut évidemment que cette nouvelle conscience change peu à peu les modalités de son corps et que toute cette rigidité corporelle acquière une autre souplesse, se libère de sa dépendance de la matière grossière pour se nourrir, découvre d'autres sources d'énergie, etc. (...)


1930 - Le vrai changement de conscience est celui qui changera les conditions PHYSIQUE du monde et en fera une création entièrement nouvelle.

Mère disait cela en 1930. C'est cette physique nouvelle qui nous intéresse. On pourrait peut-être parler d'une physique supramentale - comment fonctionne-t-elle ? 
Tout d'abord, ce nouvel état est puissamment contagieux. (...) Nous ne connaissons guère que ce qui tourne dans notre tête, mais il y a une conscience dans la matière et c'est un état de la conscience dans la matière : un état de conscience cellulaire - et la matière, il n'y a rien de plus contagieux, parce que c'est une seule et même chose continue d'un bout à l'autre de l'univers. C'est seulement notre tête qui est séparée. (...)

C'est-à-dire, le bocal d'irréalité physique où nous vivons.

"... C'est très curieux. C'est, au fond, ce qui donne à la conscience ordinaire le sens de la réalité - c'est cela qui doit disparaître. Ce que nous appelons "concret", une "réalité concrète" - oui, ce qui vous donne vraiment le sens de l'existence "réelle" -, c'est cette sensation-là qui doit disparaître et être remplacée par... C'est inexprimable. C'est comme une pulsation universelle. C'est à la fois toute-lumière, toute-puissance, toute-intensité d'amour, et une plénitude ! C'est tellement plein que rien d'autre ne peut exister que ça. Et quand "ça" c'est là dans le corps, dans les cellules, alors il suffit de tourner "ça" sur quelqu'un ou sur quelque chose, et immédiatement cela se remet en ordre. Alors, traduit en mots ordinaire, ça guérit la maladie. Mais non ! cela ne la guérit pas : ça l'annule, ça l'IRREALISE..."

(...)

67.153. - Quand on remue de l'eau, elle n'est plus transparente : ça fait des mouvements, et ces mouvement empêchent l'eau d'être transparente - on ne peut plus voir à travers. Et c'est la même chose corporellement : quand on est tranquille et vaste, tout devient limpide. Et dans cette limpidité, on voit très bien, on décide très bien, tout s'arrange, et les choses s'organisent d'elles-mêmes, on n'a même pas besoin d'intervenir... (comment dire ?...) Tout-tout l'univers avance à une allure fantastiquement rapide, dans une immobilité parfaite (les mots semblent idiots mais ça se sent, ça se voit, ça peut se vivre). Une immobilité lumineuse qui avance à une allure fantastiquement rapide. Et dans cette immobilité-là, il y a une transparence parfaite, et le problème n'existe pas : la solution précède le problème.

(...)

64.1211 et 253 - La perfection est là, toujours, coexistante avec l'imperfection : perfection et imperfection sont coexistantes toujours, et non seulement simultanées mais AU MÊME ENDROIT, je ne sais pas comment dire. Ce qui veut dire qu'à n'importe quelle seconde et dans n'importe quelles conditions, vous pouvez atteindre à la perfection - ce n'est pas quelque chose qu'il faille acquérir petit à petit par des progrès successifs : la perfection est un état absolu que l'on peut atteindre à n'importe quel moment. Et alors, la conclusion est très intéressante... Quand la vérité se manifeste, la vibration mensongère disparaît : elle est annulée comme si elle n'avait jamais existé devant la vibration de vérité qui la remplace. (...)

(...)

Le secret transparent.
Ce qui est très difficile à comprendre pour nous, c'est que nous vivons complètement, de la tête aux pieds (surtout la tête), dans un monde d'irréalité physique.

(...)

55.1412 - C'est l'état sublime qui est l'état naturel ! et c'est vous qui êtes constamment dans un état qui n'est pas naturel, qui n'est pas normal, qui est une falsification, une déformation.

(...)

Et Mère, ajoute ceci qui ouvre des horizons assez stupéfiants :

"... Mais dès que l'on descend dans ce domaine des cellules et même de la constitution des cellules, comme cela parait moins lourd ! Cette espèce de lourdeur de la matière disparaît : ça recommence à être fluide, vibrant. Ce qui tendrait à prouver que la lourdeur, l'épaisseur, l'inertie, l'immobilité, c'est une chose qui est AJOUTEE, ce n'est pas une qualité essentielle de la matière - c'est la fausse matière, celle que nous pensons ou que nous sentons, mais pas la matière elle-même telle qu'elle est".

68.288 (...)
Le mental et le vital ont été des instruments pour triturer la matière, triturer de toutes les façons : le vital par les sensations et le mental par les pensées - triturer. Mais ils me font l'effet d'instruments passagers qui seront remplacés par d'autres états de conscience. (...)

Il nous semblait évident que l'expérience irait jusqu'au bout, nous ne nous posions même pas la question : c'était simple et évident. Nous pensions même que la prochaine étape de l'opération devait être la suppression de toute nourriture (Mère ne faisait guère que boire) et l'abolition de tout le vieux système digestif, remplacé par l'absorption directe des énergies. (...)
Extrait de : Le mental des cellules
Commande sur Amazon : Le mental des cellules















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...