dimanche 2 décembre 2012

Alexandra David-Néel


Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous le nom de Alexandra David-Néel, née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé (Val-de-Marne, à l'époque Seine), morte à près de 101 ans le 8 septembre 1969 à Digne (Alpes-de-Haute-Provence, à l'époque Basses-Alpes), de nationalités française et belge, est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d'opéra, franc-maçonne, journaliste, écrivain, exploratrice, et bouddhiste. Elle fut, en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont les journaux se firent l'écho un an plus tard en 1925 et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.
Source (et suite) du texte : wikipedia
Autre biographie : Alexandra David Neel / guide du routard


Bibliographie : wikipedia / Alexandra David Neel
Site dédié : Alexandra David Neel
Emission radio : RTS (1957 - 22 mn).


Le Japon m'a déçue, mais sans doute tout m'aurait déçue dans mon état d'esprit. Je ne nie pas les sites charmants d'Atami ; durant mon retour en chemin de fer, j'ai traversé des régions montagneuses ravissantes, mais on peut en voir d'à peu près semblables dans les Cévennes, les Pyrénées, ou les Alpes ! tandis que les Himalayas sont uniques.

A vrai dire, j'ai le "mal du pays" pour un pays qui n'est pas le mien. Les steppes, les solitudes, les neiges éternelles et le grand ciel clair de "là-haut" me hantent ! Les heures difficiles, la faim, le froid, le vent qui me tailladait la figure, me laissait les lèvres tuméfiées, énormes, sanglantes. Les camps dans la neige, dormant dans la boue glacée, tout cela importait peu, ces misères passaient vite et l'on restait perpétuellement immergé dans le silence où seul le vent chantait, dans les solitudes presque vides même de vie végétale, les chaos de roches fantastiques, les pics vertigineux et les horizons de lumière aveuglante. Pays qui semble appartenir à un autre monde, pays de titans ou de dieux ? Je reste ensorcelée.

J'ai été voir là-haut, près des glaciers himalayens, des paysages que peu d'yeux humains ont contemplés, c'était dangereux peut-être et comme dans les fables antiques, les déités se vengent. Mais de quoi se vengent-elles ? de mon audace d'avoir troublé leurs demeures ou de mon abandon après avoir conquis une place auprès d'eux ? Je n'en sais rien, pour le moment je ne sais que ma nostalgie.
Extrait : Journal de voyage, (lettre à son mari, 1917), Ed. Pocket, 2010.

Commande sur Amazon : Journal de voyage : Tome 1, Lettres à son mari (11 août 1904-26 décembre 1917)

Source du texte : Alexandra David-Néel


La trilogie : examiner, méditer, comprendre, que j'ai déjà indiquée, prend une force particulière chez les véritables adeptes du "chemin direct", et l'activité intellectuelle du disciple est tout entière dirigée vers ces buts. (...)
J'ai entendu un lama dire que le rôle d'un maître de la "voie directe" consiste en premier lieu, à diriger un défrichement. Il doit inciter son élève à se débarrasser des croyances, des idées, des habitudes acquises et des tendances innées, de tout ce qui a crû dans son esprit par l’effet des causes dont l'origine se perd dans la nuit des temps. 
Extrait de : Mystiques et magiciens du Tibet, Ed. Pocket, 1929.
Commande sur Amazon : 
Mystiques et magiciens du Tibet








Source : Arte / youtube
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...