samedi 2 mars 2013

Yehudi Menuhin


Sir Yehudi Menuhin (plus tard Lord Menuhin of Stoke D'Abernon) est un violoniste et chef d'orchestre américain, né le 22 avril 1916 à New York et décédé le 12 mars 1999 à Berlin. Il est un enfant prodige, se produisant dès 1927 à Paris avec l'Orchestre Lamoureux et à New York au Carnegie Hall. Il est considéré comme l'un des plus grands violonistes du XXe siècle.
Source (et suite) du texte : wikipedia
Autres biographies : evene / liberation

En 1928, à Berlin, après un concert historique, Albert Einstein s'exclame: «Maintenant, je sais qu'il y a un Dieu au ciel.» Son envoyé, Yehudi, a alors 12 ans.
Source (et suite) du texte : liberation


Discographie : Menuhin
Bibliographie (en français) :
- Le violon de la paix, Ed. Alternative, 1970
- L'art de jouer du violon, Ed. Buchet Chastel, 1973
- Violon et alto, Ed. Altier, 1978
- Le voyage inachevé, Ed. Seuil, 1979.
- Variations sans thème, Ed. Buchet Chastel, 1980.
- La légende du violon. Flammarion, 1996.
- La leçon du maitre, Ed. Buchet Chastel, 1997.
- La légende du violon, Ed. Flammarion, 2001
- L'âme et l'archet (entretiens), Ed. Alice, 2001
et divers préfaces (notamment aux livres de BKS Iyengar, son maître de yoga).
Documentaire DVD :
Yehudi Menuhin, le Violon du siècle de Bruno Monsaingon, 1995 (voir : Bruno Monsaingon)
Yehudi Menuhin, Les années suisses de  Felice Zenoni, Martina Egi, 1998 (voir : resmusica)
Sites officiels : Menuhin  / Festival Menuhin Gstaad




Le rêve de mon enfance, pour ne pas dire mon rêve enfantin, était que la paix pourrait apparaître sur la terre si seulement j'arrivais un jour, dans la chapelle Sixtine, à jouer suffisamment bien la Chaconne de Bach.
Extrait de : Le violon de la paix
Commande sur Amazon : Le Violon de la paix

Aucun violon n'est identique à un autre. Chacun a son caractère unique et sa personnalité propre. Dans la manière dont les violons répondent à l'archet, ils montrent autant de diversité que peuvent en montrer des êtres humains appelés à exprimer une même opinion.
La vocation d'un véritable violoniste réside justement dans son désir de maîtriser les états d'âme et les innombrables modulations d'un violon, d'en faire résonner toutes les voix depuis le soupir le plus délicat jusqu'à la plus puissante clameur. Et l'exécutant est ici seul en face de sa tâche : aucune autre main que la sienne ne fixera l'intonation, aucune autre oreille que la sienne n'assurera l'accord. A lui seul, il est maître et esclave, à peine son archet a-t-il touché l'instrument que l'admirable affrontement commence, défi et réplique se mêlent au point qu'il restera seul responsable du résultat. (...)
Il n'y a pas de point de fixation immuable de l'instrument, pas plus qu'il n'y en a de l'exécutant, à part bien entendu les pieds qui reposent et se meuvent sur le sol. Le violon doit en conséquence ne faire qu'un avec le corps et en suivre toutes la souplesse de mouvement, il doit s'intégrer au flux ondulatoire qui naît de l'expression musicale, tantôt par un balancement  tantôt un mouvement de pendule ou de cercle, et ne jamais rompre ce flux, que ce soit dans les articulations de l’exécutant ou aux points de contact de l'archet avec les cordes, il doit au contraire laisser ce flux s'emparer de tous les muscles et de toutes les jointures, entraîné à jouer librement et contrôlés toutefois dans le moment qu'ils se meuvent. Le violoniste lui-même doit se laisser pénétrer de ce même flux intérieur, issu de la musique, de l'intelligence et du sentiment qu'il a de cette musique. (...)
Extrait de : L'art de jouer du violon (ouvrage épuisé)




Campanella de Niccolo Paganini (1930) :



Chaconne (Partita no. 2) de J.S. Bach (1935) :




Partita no.1 de J.S. Bach (1947) :



Caprice no. 24 de Niccolo Paganini :



Danse Hongroise de Johannes Brahms (1947) :



Gipsy Airs de Pablo Sarrasate (1947) :



Concerto pour violon de Felix Mendelson (1947) :



Chaconne de J.S. Bach (1956) :











Fin de la Chaconne de J.S. Bach (extrait du film Le violon du siècle) :



Fin de la Chaconne de J.S. Bach (1972, Gstaad) :



Sonate no. 4 de J.S. Bach avec Glenn Gould :



Concerto pour 2 violons de J.S. Bach / Les 4 saisons de Vivaldi (50 ') :



Concerto pour violon de Ludwig von Beethoven (1981) :





West Meets East, avec Ravi Shankar :



Ehe geia, panagia avec Domna Samiou (1970) :





Jealousy avec Stéphane Grappelli :



Yehudi Menuhin, le violon du siècle, de Bruno Monsaingon (en anglais, 1995) :



Site officiel : Bruno Monsaingon
Commande sur Amazon (DVD en fr) : Yehudi Menuhin : Le violon du siècle

Interview RTS (Grands Entretiens, 1998) :



Violoniste, soliste et chef d'orchestre mondialement reconnu, Yehudi Menuhin étonne par sa simplicité et sa modestie. Quelques mois avant la mort du musicien, le journaliste Maurice Huelin le rencontre pour l'émission Les grands entretiens. Enfant prodigue, Yehudi Menuhin évoque une enfance privilégiée baignée dans la musique et son amour du violon.
Source : RTS

Violin tutorial (playlist 6 vidéos) :



Master class (1/3) / Playlist youtube : 42 vidéos / 21 vidéos



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...