mercredi 7 décembre 2016

De la pharmacologie, à la fois remède et poison

MAJ de la page : Bernard Stiegler / Transhumanisme



La Fabrique de l'humain par Philippe Petit (France culture, 27 janvier 2011)
Bernard Stiegler, Ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue : de la pharmacologie, Ed. Flammarion, 2010

Qu'on l'admette ou qu'on le dénie, chacun sent bien qu'à présent l'avenir de la vie terrestre se trouve mis en jeu dans une urgence inouïe. Et chacun sait que, depuis la séquence historique qui s'est engagée en 2007 et qui paraît avoir déclenché ce qu'on appellerait en physique nucléaire une réaction en chaîne, chaque pas compte et semble se surcharger systémiquement de conséquences très difficilement réversibles - sinon absolument irréversibles. Cette crise est sans précédent d'abord en cela. Si krisis signifie bien et d'abord décision, elle est critique comme jamais : elle révèle que le destin humain - qui est un destin inéluctablement technique et technologique - est pharmacologique au sens où, en grec, le pharmakon est à la fois le remède et le poison. Le pharmakon est à la fois ce qui permet de prendre soin et ce dont il faut prendre soin - au sens où il faut y faire attention: c'est une puissance curative dans la mesure et la démesure où c'est une puissance destructrice. Tel est aussi le feu dans la mythologie grecque. Devenu technologie industrielle, le pharmakon est de nos jours hégémoniquement contrôlé par l'économie, c'est-à-dire par le marketing, et c'est une calamité. Cet état de fait, qui a installé une économie de l'incurie génératrice d'une bêtise systémique, signifie que la question du soin - que l'on appelle aussi le care - est une affaire d'économie politique, et non seulement d'éthique.
Quatrième de couverture
Commande sur Amazon : Ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue : De la pharmacologie

* * *


Bernard Stiegler, A quoi sert l'art ? (29 août 2011)
  
* * *



Bernard Stiegler, Séminaire, Penser l’exosomatisation pour défendre la société (2 décembre 2016)

Cycle de conférences (avec la participation de Bernard Stiegler)
Les Entretiens du nouveau monde industriel 2016 - 10ème édition
Penser l'exosomatisation pour défendre la société

Basée sur la data economy, la médecine dite “3.0” en est à ses premières avancées, et déjà des groupes pharmaceutiques tissent des alliances avec Google pour le développement de traitements bioélectroniques (GlaxoSmithKline) ou d’objets communicants (Sanofi), cependant que Generali repense le modèle assurantiel dans ce nouveau contexte. Or ce secteur en pleine évolution, évidemment porteur d’espoirs, est aussi la base de développement du discours transhumaniste – ce dont il s’agira ici d’appréhender les véritables enjeux.
Site officiel :  ENMI  (Paris, Beaubourg, Grande salle, 13-14 décembre 2016)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...