vendredi 9 février 2018

L'imposture






Les chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth
L'imposture (5-8 février 2018)
(1/4) : Le Tartuffe ou l’imposteur de Molière
avec Patrick Dandrey, professeur de littérature française du XVII° siècle à l’Université Paris-Sorbonne.
(2/4) Kafka, coupable d’être innocent
Denis Salas, Magistrat. Secrétaire général de l’Association française pour l’histoire de la justice.
(3/4) De l’art d’être faussaire
avec Jacqueline Lichtenstein, Philosophe, professeur des Universités, Directrice de l'UFR de Philosophie-Sociologie à la Sorbonne et responsable de la spécialité Esthétique et philosophie de l'art
(4/4) Sommes-nous tous des imposteurs ?
Roland Gori, psychanalyste, professeur honoraire de psychopathologie à l’université d’Aix Marseille



Molière, Le Tartuffe ou l'Imposteur, pièce filmée, dans le texte original, mise en scène et réalisée par Jean Meyer, en 1962



Molière, Le Tartuffe ou l'IMposteur avec Michel Bouquet, Henri Virlojeux, Fernand Ledoux et Sophie Desmarest (1963)

En laissant Tartuffe entrer dans sa maison, Orgon ne pouvait pas imaginer qu'il allait mettre en péril sa fortune, son honneur, son bonheur et l''unité de sa famille. Et pourtant, c''est bien à quoi travaille "l'imposteur", mais toujours à l''insu du maître de maison : si Tartuffe courtise la femme d'Orgon, c'est sous prétexte de l''entretenir de religion ; s'il spolie ses enfants, c'est sous couvert de les remettre dans le droit chemin ; s'il s'approprie les cordons de la bourse, c'est pour mieux organiser la dévotion familiale. Comment, dans ces conditions, Orgon aurait-il pu s'apercevoir de son aveuglement et donner au faux dévot la correction qu'il mérite ?
Quatrième de couverture
Molière, Le Tartuffe ou l'Imposteur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...