mercredi 12 septembre 2018

Dépossession

MAJ de la page : Liliane Held-Khawam

Avec un livre indispensable pour comprendre le monde dans lequel nous sommes en 2018. 


Le marché global de la dette représente aujourd'hui 230 000 milliards de dollars. Autrement dit, le triple du PIB mondial.
À côté de cette dette inconcevable, plus d'un quadrillion de produits dérivés, véritable arme de destruction massive du système financier global, alimentent les circuits de la haute finance internationale.
Plus personne ne peut rembourser une telle dette. Plus personne ne contrôle l'émission d'argent scriptural par les institutions financières privées. Les Etats et le secteur public sont dépassés. En clair: ils n'existent plus, sinon lorsqu'il s'agit d'éponger les opérations aventureuses du « casino » planétaire.
Illustrant par de nombreux exemples ce constat apocalyptique, DÉPOSSESSION nous plonge dans les mécanismes et les manœuvres de la puissance techno-financière globale. Cette enquête d'une précision inédite nous montre que la dématérialisation, l'abolition des frontières et la démission des institutions politiques ne sont que les multiples noms de l'esclavage de demain.
Un ouvrage de choc et d'éveil à lire et à méditer avant qu'il ne soit trop tard.
Quatrième de couverture
Liliane Held-Khawam, Dépossession, Ed. Réorganisation du monde, 2018

Economiste d'entreprise et entrepreneur libano-suisse. Liliane Held Khawam milite activement depuis 1989 pour une réhumanisation de l'économie. Son blog est une source de référence sur les questions économiques.
Le blog de Liliane Held-Khawam


"Celui qui emprunte est l'esclave de celui qui prête" (Proverbe 22 de la Bible)
Ce proverbe millénaire n'a pas pris une ride à l'heure où le marché global de la dette, qui s'élevait à 87 000 milliards de USD en l'an 2000, culmine à 230 000 milliards. De plus, il devient clairement impossible de la rembourser puisqu'elle représente le triple du PIB mondial. A côté de cette dette pharaonique, 1.2 quadrillon de produits dérivés (cfr. tableau en fin de livre), véritable arme de destruction massive du système financier global, serait dans les circuits de la haute finance internationale. 
   Les richesses réelles dont disposent les créanciers de la planète en contrepartie sont inconnues, mais d'une valeur très certainement inégalée dans l'histoire de l'humanité. La raison première en est très simple. Des transferts massifs de privilèges - parfois régaliens - ont afflués de la planète entière à destination du marché financier, représenté par un nombre d'acteur toujours plus restreint. Les privilèges transmis ont été si nombreux et essentiels à la vie constitutive d'un Etat d'abord et d'un Etat de droit ensuite, qu'ils vont conférer tout naturellement aux représentants de la haute finance internationale une hyperpuissance au détriment du secteur public. 
   Deux groupes vont au fil du temps se faire face, avec d'une part cette espèce de superentité financière planétaire, et de l'autre l'ensemble des Etats du monde, citoyens inclus. L'endettement public et  les prérogatives monétaro-financières retirées aux Etats, sont en train de mettre un terme à l'existence de ceux-ci, et au principe même de la chose publique.  (...)
(p. 1 - Introduction)

Liliane Held-Khawam, Dépossession, Ed. Réorganisation du monde, 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...