mercredi 20 juin 2012

Elisabeth Kübler-Ross


avec Mère Thérésa
Elisabeth Kübler-Ross (née le 8 juillet 1926 à Zürich en Suisse et décédée le 24 août 2004 aux États-Unis), était une psychiatre et une psychologue helvético-américaine, pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie.
Elle est connue pour sa théorisation des différents stades par lesquels passe une personne qui apprend sa mort prochaine. Elle s'est intéressée également aux expériences de mort imminente. (...)

Selon Elisabeth Kübler-Ross (1969), après un diagnostic de maladie terminale, on observe « cinq phases du mourir » (Five Stages of Grief). Kübler-Ross a initialement appliqué ces étapes à toute forme de perte catastrophique (emploi, revenu, liberté). Cela comprend également la mort d'un être cher, le divorce, la toxicomanie, ou l'infertilité.
- Déni (Denial) ; Exemple - « Ce n'est pas possible, ils ont dû se tromper. »
- Colère (Anger) ; Exemple - « Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n'est pas juste ! »
- Marchandage (Bargaining) ; Exemple - « Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés. », « Je ferai ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus. »
- Dépression (Depression) ; Exemple - « Je suis si triste, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ? », « Je vais mourir... Et alors ? »
- Acceptation (Acceptance) ; Exemple - « Maintenant, je suis prêt, j'attends mon dernier souffle avec sérénité. »
(...) Kübler-Ross a également fait valoir que ces étapes ne sont pas nécessairement dans l'ordre indiqué ci-dessus, toutes les étapes ne sont pas non plus vécues par tous les patients, mais chaque victime en vivra toujours au moins deux.
Source et suite du texte : wikipedia
Autre biographie : EKR France


Bibliographie (en français) :
- Les Derniers Instants de la vie, Labor et Fides, 1975
- Leçons de vie : Deux experts de la mort et des phases terminales nous révèlent les mystères de la vie (2002), Poche, avec David Kessler, Loïc Cohen, 2004
- Accueillir la mort, Pocket, 2002
- La Mort, dernière étape de la croissance, Editions du Rocher, Paris, 1994 ; Pocket, 2002
- La Mort est un nouveau soleil, avec Renate Prym-Khoshkish, Pocket, 2002
- Avant de se dire au revoir, Presse du Châtelet, 1999
- La Mort est une question vitale, Pocket, 2000
- La Nostalgie de sa maison, Le Courrier du Livre, 1998
- Vivre avec la mort et les mourants (1981), avec Renée Monjardet, Éditions du Rocher, 1997
- Mémoires de vie, Mémoires d'éternité : la mort n'existe pas, avec Loïc Cohen, Pocket, 1999
- La Mort, porte de la vie, LGF, 1995
- Une lettre à un enfant devant la mort, Editions du Tricorne, 1992
- La Mort et l'enfant (1985), Éditions du Tricorne, 1986
- Le Sida, un défi à la société, Inter Éditions, 1988
- Sur le chagrin et sur le deuil, avec David Kessler, Éditions Jean-Claude Lattès, 2009
- La mort est une question vitale, Éditions Albin Michel, 2010
- Sur le chagrin et sur le deuil, Éditions Poche Pocket essai, 2011
Site officiels : EKRfoundation / EKR france
Vidéos : youtube


Après avoir été accueillis par nos parents et amis de l'au-delà, par nos guides spirituels et anges gardiens, nous passons par une transition symbolique qui est souvent décrite comme une sorte de tunnel. Parfois elle est vécue comme une rivière, parfois comme un portail, selon les valeurs symboliques respectives. Dans ma propre expérience ce fut un col de montagne avec des fleurs sauvages, pour la simple raison que ma représentation du ciel comprend des montagnes et des fleurs sauvages. Pendant ma jeunesse en Suisse, elles faisaient ma joie et mon bonheur. La conception du ciel dépend donc de facteurs culturels.
Après être passé par une transition visuellement très belle et fonction de l'individu, disons un tunnel, nous approchons d'une source lumineuse que beaucoup de nos malades ont décrite et qu'il me fut donné d'approcher moi-même. J'ai pu vivre l'expérience la plus merveilleuse qui soit. Elle est inoubliable. (...)

Je suis convaincue que chaque être a un quadrant (un quart) physique, émotionnel, intellectuel et spirituel. Je pense également que si nous pouvions apprendre à nous libérer de nos sentiments dénaturés, de notre haine, de nos peurs, de nos larmes non versées, nous pourrions à nouveau nous trouver en harmonie avec notre vrai moi, tel que nous devrions être. (...)
Mais le plus important de tout est d'apprendre à aimer inconditionnellement. La plupart d'entre nous ont été élevés comme des prostituées. C'était toujours : Je t'aime "si"...  Et ce mot "si" a ruiné et détruit plus de vie que n'importe quoi sur la planète Terre. (...)

Et au moment où je me laissai aller, j'eus probablement l'expérience la plus douloureuse et solitaire qu'un être humain puisse vivre. Au sens propre du mot je vécus les milliers de morts par lesquelles mes malades étaient passés. J'agonisai dans le sens physique, émotionnel, intellectuel et spirituel du terme. Je fus incapable de respirer. Au milieu de ses souffrances physiques, j'étais parfaitement consciente qu'il n'y avais personne à proximité pour m'aider. Je devrais traverser cette nuit toute seule. (...)
Et pour la première fois de ma vie, l'issue fut celle de la foi. Et cette foi résultait de la conscience que je disposais moi-même d'assez de force et de courage pour pouvoir souffrir seule cette agonie. Je le savais profondément. Tout d'un coup, je compris que je n'avais qu'à cesser ma lutte, transformer ma résistance en soumission paisible et positive et dire tout simplement "oui".
Au moment même où, en pensée, je dis "oui", ces souffrances cessèrent. Ma respiration se calma, la douleur physique disparut. Et à la place de ces mille morts, je fus gratifiée d'une expérience de renaissance qui ne saurait être décrite avec nos mots. (...)
En me réveillant à nouveau environ une heure et demie plus tard, je mis la robe et les sandales et descendit la colline. Là je tombai dans l'extase la plus extraordinaire qu'il est donné à un être humain de vivre sur cette terre. J'étais dans un état d'amour absolu et admirais tout autour de moi. Je me trouvais en communion d'amour avec chaque feuille, chaque nuage, chaque brin d'herbe et chaque être vivant. Je sentais même les pulsations de chaque petite pierre sur le chemin (...)

L'expérience que je viens de vous raconter à changé ma vie d'une façon que je ne saurais expliquer. Mais je crois avoir également compris à l'époque que si je faisais part de mon savoir sur la vie après la mort, j'aurais à passer littéralement par mille morts, puisque la société dans laquelle je vis essayerait de me démolir complètement. Mais l'expérience et le savoir, la joie, l'amour et l'excitation qui succèdent à l'agonie, sont des récompenses toujours de loin supérieures aux souffrances.
Extrait de : La mort est un nouveau soleil
Commande sur Amazon : La mort est un nouveau soleil : Quand la mort est une porte ouverte sur une autre vie

Une illustration (en accéléré) des cinq phases du deuil :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...