vendredi 22 juin 2012

Jean-Pierre Jourdan











Docteur en médecine, vice-président et directeur de la recherche médicale de Iands-France (Inter-national Association fort Near-Dcath Studies), Jean-Pierre Jourdan étudie les expériences dites de " mort imminente " (EMI) depuis près de vingt ans. Ses nombreuses publications font autorité en la matière.



Bibliographie :
- Deadline, dernière limite, Expérience de mort imminente, 20 ans de recherche sur une énigme scientifique, Préface de Raymond Moody, Ed. Pocket poche, 2006.
Site officiel (avec de nombreux extraits) : deadline


La lumière.
Afin de vous donner une idée de ce qu'est la lumière pour les témoins, et de vous permettre de juger de l'hypothèse d'une perception visuelle illusoire, voici les extraits de témoignages concernant ce point particulier. La plupart sont des réponses à la question : "Qu'est-ce que la lumière, selon vous ? Et qu'est-ce qui vous fait dire cela ?"(...)
"Bonne question ! Je ne sais pas appeler cela d'un nom, alors je dirai : lumière conscience, sans nom !" (C.M.)(...)
"Cette lumière semble être de l'énergie pure. Elle compose toute chose. Aucun mal ne peut la souiller. Elle dégage un mélange d'amour, de bonté et de pureté à l'état brut que l'on a du mal à pouvoir s'imaginer si l'on n'a pas été à son contact. "(E.G.) (...)
La lumière, une sensation d'amour, de plénitude aussi. Incroyable. Ce qu'elle représente ? Ce que je suis e fait, ce que je suis en réalité. Je l'ai ressentie à l'intérieur de moi, Dieu n'est pas extérieur à moi, Dieu est en moi." (M.-P.S.)
"La meilleur comparaison visuelle que je pourrais faire, c'est celle d'un soleil, plus lumineux (je me souviens m'être fait la réflexion), mais pas aveuglant.
Q.- Quelle impression cela vous a-t-il fait ?
Sans hésitation, un amour qui dépasse tout. A cela, je rajouterai que La contempler en se sentant uni à Elle est totalement indescriptible, pour éviter une série de superlatifs inutiles. Je leur préférerai la sobriété des mystiques qui disaient : 'Dieu me suffit' " (R.T.)(...)
"Elle ne ressemblait pas du tout à la lumière ordinaire, dans la mesure où c'était une lumière éclatante mais sans aveugler. Une lumière très pure, blanche irisée de bleu, je dirais que le bleu révélait un peu plus la pureté du blanc. C'est pas du tout comme on peut le voir ici quand il y a du soleil ou de la lumière dans une pièce, c'était très très diffus. Il y avait aussi une impression de grandeur, je ne sais pas comment le dire. Ce sont les mots qui manquent, en fait c'est quelque chose qui n'est pas connu ici donc je ne peux pas mettre de mots puisque ça ne ressemble à rien qu'on connaît ici." (E.S.) (...)

Matérialisme, spiritualisme et spiritualité...
(...)
Nous avons détaillé les concepts et les mots employés dans les récits d'EMI, et montré clairement qu'ils n'avaient aucun point commun avec un discours mystique ou doctrinaire. A titre d'exemple, s'ils ont fréquemment touché à quelque chose qui les dépasse, les témoins qui se posent la question du divin essaient autant que possible de la nuancer en utilisant des termes plus ou moins adaptés, des circonlocutions ou des périphrases compliquées, car ils sont parfaitement conscient que si ce qu'ils ont compris relativise ce qu'enseignent les religions, il est clair que ces dernières en ont pour l'instant l'exclusivité :
"(...) quand on parle de ça on est obligé d'utiliser des mots religieux parce qu'il n'y a qu'eux qui nous donnent la possibilité, au point de vue vocabulaire, d'en parler. " (H.Ca.)
Vocabulaire... C'est bien là que résident le verrouillage et les possibilités de confusion. Ces expériences parlent effectivement de spiritualité, de transcendance, de conscience. Ces notions, dont les définitions sont pourtant plus que larges, doivent-elles rester dans le giron des religions, des pseudo-gourous du niouâge ou du juteux marché du "développement personnel" qui en auraient définitivement l'exclusivité ?
Peut-on trouver dans un quelconque témoignage les mots de culpabilité, péché, confession, karma, prière, jugement, etc. ? (...) Pour ceux qui on vécu une EMI, la spiritualité n'est plus associée à des morales rigides, des dogmes, des rites, des pratiques, des croyances, ni inféodée à des maîtres à penser, des catéchismes, ou à des systèmes de rétribution des bonnes et mauvaises actions. (...)

Conscience fondamentale et conscience biologique.
(...)
Notre vocabulaire manque de nuances. La conscience, l'"état conscient" que nous éprouvons quotidiennement sont évidemment corrélés à l'état fonctionnel de notre cerveau. Ce sont eux qui sont étudiés par les neurobiologistes.
S'il existe quelque chose comme une conscience autonome, "fondamentale" ou "primordiale", ce phénomène qui semble être éprouvé de manière accidentelle lors d'une EMI n'est manifestement pas du même ordre que les mécanismes cérébraux étudiés par les neurobiologistes, ces deux versants ne s'excluant pas plus mutuellement qu'un tableau et le paysage qu'il représente. Quand on parle de ce dernier il est simplement important de préciser s'il s'agit de l'original, qu'il existe effectivement même s'il n'y a personne pour le regarder, ou d'une représentation dont on peut étudier le style, l'interprétation, les matériaux utilisés.
Nous touchons là des territoires inexplorés et manquons de concepts adéquats. La conscience doit avant tout être analysée en tant que phénomène. La concevoir comme une "chose" dotée de propriétés est probablement une simplification extrême, même s'il e s'agit que d'un premier niveau de réflexion. Gardons à l'esprit que toutes les notions que nous pouvons imaginer et utiliser concernant de telles interrogations sont certainement biaisées par nos habitudes cognitives et notre compréhension intuitive. (...)
Extrait de : Deadline
Commande sur Amazon :Deadline, dernière limite



Extrait du documentaire "Au frontières de la vie", réalisé par Maurice Ferlet (90')





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...