lundi 24 septembre 2012

Alexandre Quaranta ou Aubin Sahallor


L'auteur, Alexandre Quaranta, Docteur en Philosophie de L'Université de Nice Sophia-Antipolis, est spécialisé dans l'étude des philosophies orientales et de certains courants de la psychologie qui s'intéressent aux états de conscience non-ordinaires.
Source du texte : aubin sahallor

Alexandre Quaranta anime régulièrement des stages et notamment sur l'apprentissage du rêve lucide. 
Sites internet de l'auteur : aubin sahallor / rêve lucide


Bibliographie :
- Rêver pour S'éveiller - Manuel pour l'exploration paradoxale du rêve lucide, Ed. Lulu.com, 2007.
- S'étonner d'être, L'éveil à la joie d'être conscience. Ed. Acarias L'Originel, 1999.
- Au coeur du rêve, Enquête autour de l'éveil paradoxal et libérateur au miracle infini de la pure conscience de soi, thèse de doctorat en philosophie, Université de Nice, non publié , 1994-1997.
- Le Rêve Lucide : Des Paradoxes à L’Extase. Mémoire de maîtrise de Philosophie, non publié
Traduction :
Stephen Laberge, S'éveiller en rêvant, Ed. Almora, 2008
En ligne :
- Au coeur du rêve, Deuxième partie : Rêver consciemment, L'accès paradoxal à soi-même par la porte du rêve sur : aubin sahallor


L'étonnement : de l'ordinaire à l'extraordinaire
L'étonnement est chose plutôt naturelle pour, dans et chez un esprit vivant, chez un être dont la faculté d'attention n'est pas excessivement encrassée. Plus la faculté d'attention est libérée, pleinement disponible, désencombrée de la superstructure opaque qui nous voile le réel dans sa fraîcheur et son incandescence, et que nous nous efforçons de décrire dans le détail pour mieux la plastiquer par la suite, plus l'étonnement se manifeste naturellement et en toute spontanéité comme un état naturel. Dans le même temps, on se doit d'évoquer et de décrire l'étonnement comme quelque chose de très actif, comme un acte d'attention consciente qui époussette la galaxie des savoirs associés à l'objet sur lequel il porte et auquel il insuffle un renouveau paradoxal et étincelant. 
L'étonnement au coeur de l'état de rêve - l'état de rêve au sens propre comme au sens figuré - est l'acte par lequel l'arrière-plan lumineux qui fonde cet état de rêve va se révéler à lui-même _ étonnement soudain d'être conscience au milieu du quotidien embrumé, ou bien rêve subitement lucide qui pourra éventuellement culminer dans un absolutisation de la conscience de soi, (...)
Lorsque l'on considère l'étonnement d'un point de vue étymologique, on est renvoyé à la famille du latin tonare, ce qui veut dire tonner. Etonner, du latin vulgaire extonare ou du latin classique attonare, c'est frapper comme un coup de tonner, et ce tonnerre qui est associé étymologiquement à l'étonnement charrie avec lui une grande richesse métaphorique. (...)

La même chose est identique en ce qui concerne le rêve et le rêve lucide. Nous avons dit que la vigilance pure formait le substratum de tous les états de conscience, l'arrière-plan sur lequel prend place le cycle veille/sommeil/rêve. Si dans un rêve nous savons parfaitement que nous sommes conscients d'être en train de rêver - un rêve pleinement lucide  - et que nous faisons une tentative pour rejoindre la pure conscience de nous-mêmes, alors le rêveur et le rêvé se résorbent dans leur source commune tout comme le penseur et le pensé se résorbent dans leur source commune à partir d'une tentative d'absorption en soi-même effectuée à partir de l'état de veille.
Avec ce que nous  venons de développer, il est clair que l'étonnement d'être peut être plus que quelque chose qui survient de manière spontanée et non-préméditée en quelque sorte. Nous pouvons nous étonner d'être en effectuant un acte intérieur qui rassemble toute notre attention et la fait refluer vers sa source (...)
Extrait de : S'étonner d'être
Commande sur Amazon : S'étonner d'être - L'éveil à la joie d'être conscience


Le rêve lucide : dire ce qu'il n'est pas pour pouvoir mieux dire ce qu'il est.

(Extrait de la seconde partie de sa thèse de doctorat).
On confond souvent le rêve lucide avec le rêve éveillé en raison de la ressemblance entre les deux expressions. Quelle différence entre le rêve éveillé et le rêve lucide ? A vrai dire, il y a autant de différence entre le rêve éveillé et le rêve lucide qu'entre le jour et la nuit. Dans un rêve lucide, on est lucide et on fait l'expérience de l'état de rêve; et dans un rêve éveillé on est éveillé, c'est à dire que l'on fait l'expérience de l'état de veille. Le rêve éveillé fait référence à une pratique, pour l'essentiel psychotérapeutique, qui est une activation de l'imaginaire, dirigée ou non par une tierce personne, dans un état de relaxation plus ou moins profond, et dans lequel un lien - même ténu - est maintenu avec l'état de veille et le monde terrestre. On pourrait dire que l'état de conscience auquel on fait généralement référence en parlant de rêve éveillé ne possède pas la composante d'ouverture sur un "infini intérieur" présente dans un rêve totalement lucide (c'est cette composante qui produit le "rafraîchissement extatique caractéristique du rêve lucide") et qui est liée aux retraits complets des sens caractéristique du sommeil profond; création et projection d'un monde, d'un univers. Même si le rêve éveillé ouvre les portes de l'inconscient personnel et collectif, il n'a rien avoir avec le rêve lucide qui nous met, en plus, en contact avec la dimension de l'esprit pur. Parmi les états que l'on confond très souvent avec le rêve lucide, figure l'état hypnagogique et l'état hypnopompique, c'est à dire, respectivement, les états de conscience accompagnés d'images mentales qui précèdent l'endormissement et le réveil. Dans ces états intermédiaires, il est généralement possible d'exercer un contrôle sur l'imagerie mentale qui émerge spontanément, de la modifier, de l'ignorer et de s'enfoncer dans le sommeil ou bien de se réveiller. Une autre raison, peut-être, pour laquelle on confond ces deux états avec le rêve lucide est qu'il peuvent être une passerelle qui conduit à entrer consciemment dans le rêve. Il peuvent jouer le rôle d'une sorte de bougie qui nous tiendrait éveillé lors de notre cheminement dans le couloir obscur qui sépare l'état de veille de l'état de rêve. La transition consciente entre l'état de veille et l'état de rêve peut être rendue possible par une concentration de l'attention sur cette imagerie mentale.
En effet, le rêve lucide se met en place soit parce que nous avons fait consciemment la transition vers l'état de rêve (transition accompagnée de toute sorte de phénomènes étranges tel la distorsion et la résorption de l'impression du corps) soit parce que soudain, au coeur du rêve - pour des raisons sur lesquelles nous allons nous pencher un peu plus loin - nous prenons conscience de nous-mêmes en train de rêver.
 Lorsque nous nous réveillons dans la nuit, nous pouvons passer par ces phases hypnopompiques ou hypnagogiques, et c'est la raison pour laquelle certains individus ont pensé que les prétendus rêves lucides n'était que des phases de réveil dans la nuit qui étaient ensuite rétrospectivement interprétés comme des rêves lucides. (...)
Source (et suite) du texte : aubin sahallor

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...