jeudi 24 octobre 2013

Hayao Miyazaki

Hayao Miyazak, né le 5 janvier 1941 à Tokyo, est un mangaka, un réalisateur de films d'animation japonais et le cofondateur du Studio Ghibli.
Presque inconnu en Occident en dehors des cercles d’amateurs d’anime et de manga jusqu’à la sortie internationale de Princesse Mononoké en 1999, ses films rencontrent aujourd’hui un grand succès partout dans le monde et surtout au Japon où certains ont battu des records d’affluence.
Il explore souvent les mêmes thèmes centraux, la relation de l’humanité avec la nature, l’écologie et la technologie, ainsi que la difficulté de rester pacifiste dans un monde en guerre. Les protagonistes de ses films sont le plus souvent de jeunes filles ou femmes fortes et indépendantes, et les « méchants » ont des qualités qui les rendent moralement ambigus, comme les kamis de la religion shintoïste.
Source (et suite) du texte : wikipedia


Filmographie (11 long métrages comme réalisateur) :
- Le Château de Cagliostro (1979)
- Nausicaä de la vallée du vent (1984)
- Le Château dans le ciel (1986)
- Mon voisin Totoro (1988)
- Kiki la petite sorcière (1989)
- Porco Rosso (1992)
- Princesse Mononoké (1997)
- Le Voyage de Chihiro (2001)
- Le Château ambulant (2004)
- Ponyo sur la falaise (2008)
- Le vent se lève (2013)
autres productions  : wikipedia
Site officiel :
Studio Ghibli (jp) / Le vent se lève (jp)
Site dédié (en fr) :
Rétrospective ArteButa connection /
Voir aussi :
Conversation avec Roland Kelts (jap/eng) : Youtube
Blog Studio Ghibli (bandes annonces) : Youtube
Fonds d'écran (3840x1080) : Imgur
Mauricette Fournier, La Forêt de princesse Mononoké : Une contribution poétique à la prise de conscience environnementale : PDF
Les 50 livres qu'il faut avoir lus selon Hayao Miyazaki : Express



Ciné Live : Vous avez eu du mal à choisir une image extraite du film...

Hayao Miyazaki : C'est un choix très difficile car le film est tellement éclectique... Disons que j'ai choisi cette photo car c'est le moment où Chihiro, l'héroïne du film, prend une initiative. Elle retrouve l'origine de son essence. Elle retrouve ce qu'elle avait oublié d'elle-même. Elle se rencontre. Cette idée d'aller à la rencontre de soi-même est un des thèmes principaux de ce film.

Comment vous est venue l'idée du scénario de Chihiro ?

D'abord, je n'écris jamais de scénario, je passe immédiatement au story-board. Avec mon équipe, nous construisons le film d'une manière qui pourrait s'apparenter à la construction d'un bâtiment. Un peu comme si, jour après jour, nous posions des pierres. Parfois, certaines s'avèrent trop grosses ou ne vont pas avec les autres précédemment posées. Alors nous les mettons de côté tout en envisageant de les réutiliser à un autre moment. Il n'y a pas d'idée générale dès le départ.

Quelle a alors été la première pierre du film ?

L'image d'une petite fille recroquevillée sur elle-même au fond d'une voiture et dont on devait s'apercevoir tout de suite qu'elle n'était pas vraiment mignonne.

C'est assez inhabituel, surtout dans le contexte d'un dessin animé. Le héros doit plutôt apparaître comme étant immédiatement sympathique...

Justement, je souhaitais peindre le portrait d'une enfant ordinaire, tout juste capable d'accomplir des choses dont n'importe quelle petite fille de son âge est capable. Je n'avais aucune envie de lui faire faire des choses impossibles ou extraordinaires. Je ne la souhaitais ni comme un personnage particulièrement idéalisé, ni possédant un quelconque talent exceptionnel. En un mot, je la voulais banale.

Il y a dans votre film une très belle idée de scénario qui est, pour Chihiro, le risque de perdre son nom...

Dans la société actuelle, concrètement, beaucoup de personnes perdent leur identité jusqu'à en oublier leur nom. Vous faire oublier qui vous êtes est une façon pour les autres de vous dominer. C'est d'ailleurs un des autres thèmes de cette histoire : quel est le rapport que Chihiro va entretenir avec la domination ? Va-t-elle la subir ou, au contraire, la renverser pour dominer à son tour ? Le nom et la perte de celui-ci est une des clés de ce film. Le nom est pour moi le symbole de ce que l'on doit absolument préserver lorsque l'on se fond dans un groupe. Si Chihiro perd son nom, elle risque soit d'être effacée soit d'être transformée en cochon !

Quelle pourrait être la spécificité du voyage de Chihiro par rapport à vos précédents films ?

D'abord, le personnage de Chihiro représente un type de personnage je n'avais jamais développé dans aucun de mes autres films. Mes héros sont plus souvent attirés par la nouveauté. Ils ont une vraie capacité à s'étonner, à découvrir. Cette fois, mon héroïne est plutôt en retrait, elle a peur.
Source (et suite) de l'interview : gildas




Yves Montmayeur, Ghibli et le mystère Miyazaki (documentaire Arte, 2004)



Musique des films Ghibli



Le Vent se lève, il faut tenter de vivre (2013) - Bande annonce du dernier film (en date et définitivement) de Miyazaki.
Sortie en France, 14 janvier 2014


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...