dimanche 10 novembre 2013

Alain Cornely

Psychothérapeute jungien, Alain Cornély (né en 1926) est un pionnier des stages d'écoute et de communication. Il en anime régulièrement en France depuis 40 ans. Il a l'expérience de plusieurs disciplines corporelles. Il enseigne l'attitude CESORA (Centrée en Soi, Orientée sur l'Autre).
Il s’adresse aux soignants, éducateurs, dirigeants, accompagnants et aussi au grand public. Dans le cadre de l’association CEV (Croissance, Ecoute et Vie), Alain Cornély propose une méthode originale dans un cycle de formation complet qui peut aller jusqu’à la formation de praticiens.
Il est l'auteur de Qui écoute et L'écoute, une voie vers la confiance aux éditions Le Souffle d'Or.
Source : Ed. Souffle d'Or
Autre bio : 1 jour 1livre / Ecole du vivant


Bibliographie :
- Ecouter, Ed. Erès, 1983
- Qui écoute ?, Ed. Le Souffle d'Or, 2004
- L'écoute, une voie vers la confiance, Ed. Le souffle d'Or, 1998
- La démocratie c'est toi, Ed. 1 jour 1 livre, 2011
En ligne :
- La démocratie c'est toi : 1jour 1livre
Site officiel : L'Ecole du vivant


Une écoute vraie est berceau du sentiment d’exister. Depuis le départ de notre vie notre « conscience d’exister » est liée à l’attention et à l’accueil de notre environnement.

Après bien des essais, Spitz a démontré que le seul moyen de sauver des bébés atteints du mal de l’hospitalisme dans les six premiers mois, n’était ni les marques de lait, ni les heures de tétée, ni l’hygiène qui pouvait les sauver mais une relation d’accueil et de tendresse. C’est la première forme d’écoute dont nous avons besoin pour vivre.
Ce mal atteint les bébés qui sont abandonnés à l’assistance publique. Ils se laissent mourir en refusant de s’alimenter. Ils n’acceptent d’être sauvés qu’à partir du moment ou une femme ou aussi bien un homme les prennent avec amour dans leurs bras.
Plus tard, s’il n’a pas conscience d’exister pour quelqu’un, un jeune peut prendre, consciemment ou non, un comportement suicidaire. Une écoute vraie dans laquelle il se sent reconnu, peut être pour lui la découverte du sens qui lui manque et celui de la liberté d’expression ; cela ne signifie pas, comme nous l’avons vu dans le climat démagogique, le laisser faire n’importe quelle expérience.
Ainsi en fin de vie, un temps d’écoute de l’autre dans sa douleur et sa souffrance amène une autre approche de la mort et de son terme qui retrouve sens dans la diversité des valeurs.
Extrait de : La démocratie c'est toi (Partie 4, Ecoute vraie et liberté d'expression)
Source : 1jour1livre




Pranique, Reportage sur Alain Cornely (2013)



Espace Petit Prince (2013)



Film Lumière, Témoignage de Alain Cornely (2013)
Source des vidéos : freedom generation
Autres vidéos : youtube channel Alain Cornely

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...