vendredi 31 octobre 2014

Les Usurpateurs – Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir



La Grande table (2ème partie) par Caroline Broué
Peut-on encore être altermondialiste en 2014 ? 29.10.2014
Avec :
Susan George, essayiste, politologue, Présidente d'honneur et membre du conseil scientifique d'Attac
Christophe Aguiton, membre du comité scientifique d'Attac

Lobbyistes au service d’une entreprise ou d’un secteur industriel, PDG de transnationales dont le chiffre d’affaires est supérieur au PIB de plusieurs des pays dans lesquels elles sont implantées, instances quasi-étatiques dont les réseaux tentaculaires se déploient bien au-delà des frontières nationales : toute une cohorte d’individus - qui n’ont pas été élus, ne rendent de comptes à personne et ont pour seul objectif d’amasser des bénéfices - est en train de prendre le pouvoir et d’orienter en leur faveur des décisions politiques majeures, qu’il s’agisse de santé publique, d’agroalimentaire, d’impôts, de finance ou de commerce.
Ces usurpateurs s’ingèrent dans les affaires du monde à coups de financements et de renvois d’ascenseurs, s’infiltrent dans les Nations unies et, sous la houlette de Davos, œuvrent pour un monde à leur image. Ils décident du contenu de traités commerciaux stratégiques, qui se négocient dans le plus grand secret mais toujours sous l’œil attentif des représentants du secteur privé.
Cette clique entrepreneuriale tient les citoyens ordinaires sous sa coupe et ne s’embarrasse guère de l’intérêt public et du bien commun. Il est grand temps de les arrêter.
Quatrième couverture de : Susan Georges, Les usurpateurs : Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir, Ed. du Seuil, 2014
Commande sur Amazon : Les usurpateurs : Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir


Susan George est une écrivaine franco-américaine, militante altermondialiste et présidente d’honneur d'ATTAC.
Née le 29 juin 1934 à Akron dans l'Ohio aux États-Unis en 1934, Susan George vit depuis longtemps en France et a acquis la nationalité française en 1994. Après des études de littérature française et de sciences politiques au Smith College de Northampton (Massachusetts), elle vient s'installer à Paris, se marie, a trois enfants, puis reprend ses études et obtient une licence de philosophie à La Sorbonne en 1967. Après la publication de son premier livre en 1976, elle s’inscrit à l'École des hautes études en sciences sociales, où sa thèse en sciences politiques sur le transfert du système alimentaire américain au reste du monde obtient la mention « très honorable » en 19781.
Source (et suite) du texte : wikipedia
Bibliographie :  wikipedia
Sites officiels : Attac France/ Attac Suisse / Nouvelle donne / STOP TAFTA


Qui désignez-vous par ce « ils » ? Les « possédants » ?
C’est ce que j’appelle la classe de Davos. C’est une vraie classe sociale, quoique internationale. Le World Economic Forum, c’est-à-dire Davos, a même un programme qui s’appelle The Global Redesign Initiative [GRI] pour redessiner le monde. Ils ont mis en place des équipes, plus de 700 personnes dont des universitaires, des représentants du monde des affaires, toute une faune de lobbyistes. Des tas d’organismes existent, comme celui, informel, qui s’appelle la Table ronde des industriels [European Round Table of Industrialists – ERT]. Et comme l’a dit Peter Sutherland, membre de Davos : « C’est beaucoup plus qu’un lobby, chacun de ses membres a accès immédiat aux gouvernements au plus haut niveau. »

Pensez-vous que les multinationales vont se substituer aux États ?
Non, elles ont besoin des États comme façade, car le pouvoir formel, c’est eux. In fine, seuls les gouvernements peuvent les cautionner. Mais tout a déjà été préparé par les entreprises et leurs lobbys. Ils ont créé plein de petites entités auxiliaires, comme le Transatlantic Business Dialogue, entièrement composé des plus grandes boîtes, ou le Transatlantic Political Dialogue qui comprend soixante députés européens et des membres du Congrès américain pour que leurs idées gagnent.

Comme dans les négociations sur le traité transatlantique ?
Les représentants des multinationales ont certainement été mieux informés que Laurent Fabius sur l’avancée de ces négociations ! Ils veulent une liberté absolue pour les investisseurs et, surtout, diminuer les règlements qui coûtent des milliards, disent-ils… C’est la porte ouverte aux hormones, au poulet au chlore, au gaz de schiste et on ne sait pas encore tout ce que ce traité va affecter : le droit du travail, les hôpitaux, les écoles… Il existe déjà beaucoup de traités bilatéraux qui permettent aux entreprises transnationales de porter plainte contre les États si une de leurs règles touche à leurs profits actuels ou même futurs. Les plus grosses demandes de compensation dépassent le milliard de dollars. L’Équateur a été condamné à 1,1 milliard de dollars car le gouvernement a refusé à une entreprise qui avait investi dans le pays de forer dans une zone protégée. Il y a plus de cinq cents procès de ce type en cours dans le monde, suite aux différents accords bilatéraux.
Extrait d'une interview donné au magazine Siné mensuel (mai 2014)
Source (et texte entier) : Siné mensuel




Susan George et le traité transatlantique (Nouvelle donne, 2014)



Traité transatlantique / Tratado transatlántico - Susan George (AttacTV, 2013)



Traité transatlantique, conférence de Susan George (Lyon, 2013)



Susan George - "Leurs crises, nos solutions" (Université de Nantes, 2012)

Autre vidéo : Noms de dieux (2012)

* * *



Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes (AttacTV, 2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...