vendredi 19 avril 2019

Gilets jaunes, bilan et perspectives. Notre-Dame, questions.



Francis Cousin, Gilets jaunes, bilan et perspectives (11 avril 2019)
Lire aussi : Bilan et perspectives autour du mouvement des gilets jaune, par Florian Posted, 11 avril 2019

* * *


Les cathédrales dévoilées (Arte, 16 avril 2019)



Notre-Dame de Paris, visite à 360 degrés (utiliser la souris pour modifier les points de vue)
Voir aussi : Notre-Dame en Flammes : Pourquoi sommes-nous tristes ? Le fil d'actu, 18 avril 2019 / Le drame de Notre-Dame et l'état de notre patrimoine, François Asselineau, 18 avril 2019



Notre-Dame : instrumentalisée par Macron (Le Média, 16 avril 2019)



Juan Branco, Notre Dame et la psychopathologie de nos oligarques (BFMTV, 19 avril 2019)

Lire aussi : Emmanuel Macron et Notre-Dame : une décision, une ânerie, par Didier Rykner, Tribune de l'art, 17 avril 2019


Macron unit la Nation
Source : Facebook



Charlie Hebdo




Benjamin Mouton, architecte en charge de la Cathédrale de 2000 à 2013  (LCI, 16 avril 2019)

Voir la vidéo entière de son intervention : Replay LCI de 12'30'' à 24'30''
Extraits : "Est-ce que vous avez été surpris que le feu se propage si rapidement ? - Tout-à-fait, incompréhensible. - Incompréhensible ? - Stupéfait, c'est du très vieux chêne, et on dirait qu'il a brûlé comme des allumettes (...) Comprends pas, vraiment je ne comprends pas du tout. (...) La propagation est extrêmement curieuse. (...) - Vous dites : Ce type de bois ne brûle pas comme ça ? - Ah non, (...) cela me stupéfie beaucoup. (...) On a remis à plat toute l'installation électrique, il n'y pas pas de possibilité de court-circuit. (...) toute la détection et la protection incendie de la Cathédrale. (...)
- Pendant les 13 années où vous avez été l'architecte en chef du bâtiment vous n'avez pas eu connaissance de départ de feu ? Ça n'est jamais arrivé ? - Non. (...) - Ce que vous décrivez mène tout droit à l'hypothèse de quelqu'un qui aurait cherché à ce que l'incendie se développe ? - Je me garderai bien de faire la moindre hypothèse. (...) - L'hypothèse des deux départs de feu, elle tient ou pas ? - Mon successeur, Philippe Villeneuve, qui m'a autorisé à venir parler ici ce soir, m'a dit avoir connu un seul départ de feu, dans la partie de toiture qui rencontre le transept, il me dit 'uniquement ça', et il ajoute 'il y avait pas de chantier à cet endroit-là'. (...) - Celui qui vous a succédé vous a dit, le départ de feu a eu lieu a un endroit où il n'y avait pas de travaux ? - Voilà."
Lire aussi : Notre-Dame : après l'incendie, "rien n'est fini" selon l'ex-architecte en chef, Batiactu, 16 avril 2019

Voir également la suite de la vidéo : Replay LCI depuis 24'30''
dans laquelle il est dit que le procureur de la République a retenu un autre départ de feu (!), sous le chantier en cours, en posant l'hypothèse d'un incendie provoqué par une braise (!), provenant d'un court-circuit (!) ou d'une soudure (!), et justifiant la rapidité de la propagation en raison de l’inflammabilité des poutres (!) et du vent.




Conférence de presse de Julien Le Bras Frère, Europe échafaudage (France 3, 17 avril 2019)
"Comme vous l'avez dit il n'y avait absolument aucun travaux par point chaud, et même aucuns travaux électrique, ce jour là, on était en montage d’échafaudage, (...) nos outils c'est un marteau, une clé de 22, d'où peut venir la source [de l'incendie] ? on cherche ailleurs, les explications je ne les ai pas. (...) - Est-ce qu'un mégot peut suffire à embraser une telle structure ? - On est sur des charpentes en chêne de sections considérables, vraiment exceptionnelles, il faut une vraie source de chaleur pour enflammer ce type de section de bois. C'est une question qui pousse à s'interroger sur ce type de drame. (...) Plusieurs entreprises ont le marché de restauration de la flèche de la Cathédrale, mais ce jour-là seule l'entreprise Europe échafaudage était sur place, à ma connaissance". 
Lire aussi : La société lorraine qui restaurait la flèche de Notre-Dame répond aux accusations: “Beaucoup parlent sans savoir”, France 3, 17 avril 2019


Incendie de Notre-Dame. « La procédure a été respectée », affirme le groupe chargé du chantier 
Le 17 avril 2019 - Ouest-France 

Selon un chargé de communication pour le groupe Le Bras Frères qui a remporté les trois marchés du chantier de restauration des parties hautes de la flèche de Notre-Dame, les procédures de sécurité ont été respectées à la lettre par les ouvriers qui travaillaient le lundi 15 avril. Aucun d’entre eux n’étaient présents au moment où l’incendie qui a dévasté la cathédrale s’est déclenché.
L’entreprise engagée dans le chantier autour de la flèche de Notre-Dame a déclaré mercredi à Reuters que l’alerte incendie avait été déclenchée non par les alarmes de son échafaudage mais par celles de la cathédrale, un élément susceptible d’orienter l’enquête pour « destruction involontaire par incendie ».
La cathédrale a été partiellement détruite lundi 15 avril par un feu dévorant qui a entièrement dévasté sa toiture.

Deux alarmes se sont déclenchées
Une première alerte incendie a été donnée à 18 h 20 lundi mais n’a pas permis de détecter un départ de feu, a expliqué le procureur de Paris. Puis il y en a eu une seconde à 18 h 43, lors de laquelle un feu a été constaté au niveau de la charpente.
Source (et suite) du texte : Ouest-France

Lie aussi : Notre-Dame était en danger: un rapport (oublié) l’affirmait en 2016, Le Temps, 19 avril 2019

Remarque :
Les dessins humoristiques (Charlie Hebdo, Scharwev) sont des dessins humoristiques, nous ne les avons pas inséré pour affirmer quoique ce soit sinon que Macron ne se gêne pas pour exploiter l'événement en se posant comme un rassembleur.
Néanmoins on est en droit de s'interroger suite au témoignage de Benjamin Mouton, architecte en chef des Monuments historiques, en charge de la cathédrale Notre-Dame de 2000 à 2013, ayant mis en place la détection incendie actuelle, et de son successeur, Philippe Villeneuve, qui l'a autorisé à parler, et aussi de Julien Le Bras, responsable du chantier :
- Le départ de feu a eu lieu dans un endroit où il n'y avait pas de chantier
- Aucune possibilité de court-circuit dans la Cathédrale
- Un dispositif de surveillance performant surveillait les combles [sauf que les alarmes semblent ne pas avoir fonctionné ou avoir été mis hors d'usage].
- Des poutres de cette taille et densité ne s'enflamment pas sans une vraie source de chaleur
- La vitesse de propagation du feu est incompréhensible
En outre :
- Il n'y a eu aucuns travaux de soudure ni d'électricité sur le chantier, ce jour-là.
Il ne s'ensuit pas pour autant que l'incendie soit volontaire, ce qui est improbable reste possible, laissons les enquêteurs enquêter (en espérant leur indépendance face au pouvoir), notons également  que si tel est le cas, ceux qui l'ont provoqué ne désirent par le faire savoir (contrairement à des groupes de type terroristes revendiquant leurs actions).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...