vendredi 2 décembre 2011

Michael Werner


Le phénomène est connu depuis longtemps : il a existé et il existe aujourd’hui encore des êtres humains qui sont capables de se passer totalement de nourriture matérielle et de s’alimenter par d’autres moyens. Par curiosité autant que par intérêt scientifique, Michael Werner (Allemagne, 1949-), docteur en chimie et directeur d’un institut de recherche sur le cancer, a voulu faire cette expérience. Depuis sept ans, il vit sans prendre de nourriture solide et se sent parfaitement bien. Il continue de travailler normalement. Dans le cadre d’un projet de recherche universitaire, il s’est soumis dix jours durant à un contrôle strict, basé sur des mesures scientifiques, dans une clinique. Ce livre est son témoignage. Son but n’est pas d’inciter ses contemporains à ne plus manger, mais de les aider à changer leur manière de penser. En prenant appui sur un cas concret aussi impressionnant, l’auteur veut d’abord contribuer à ouvrir de nouvelles questions en repoussant les limites de nos modèles actuels de pensée.
Quatrième de couverture : Se nourrir de lumière
Commande sur Amazon : Se nourrir de lumière - L'expérience d'un scientifique
Source du texte : Ed. Aethera


Bibliographie :
Michael Werner, Thomas Stöckli, Se nourrir de lumière, L'expérience d'un scientifique, Ed. Aethera, 2008


Pour des scientifiques de formation classique, les cas de jeunes prolongés et en particulier d'apport liquidien sont encore aujourd'hui vécus comme un scandale et une provocation derrière lesquels ils ne peuvent voir qu'illusion et conduite irresponsable envers sa propre santé. C'est sans doute ce qui permet de comprendre pourquoi ce phénomène d'un grand intérêt scientifique n'a jusqu'alors pas fait l'objet de recherches approfondies. Les chercheurs actuels en biophysique nous apprennent pourtant que, chez l'homme, les trois-quart des apports et pertes d'énergie se produisent de toute façon par rayonnement électromagnétique et que l'approvisionnement énergétique pas la nourriture ne joue donc quantitativement qu'un rôle plutôt secondaire. (...)
Jacob Bösch, docteur en médecine dans : Se nourrir de lumière (Préface)
Commande sur Amazon : Se nourrir de lumière - L'expérience d'un scientifique


A la question "Peut-on vivre sans manger ?" je peux seulement répondre : oui. Je vais maintenant développer cela un peu plus précisément, car c'est finalement une question inhabituelle et une réponse inhabituelle. Je ne vais pas vous présenter une conférence au sens usuel du terme, mais plutôt un compte rendu qui, à maints égards, sera tout à fait personnel. Cela présente des avantages et des inconvénients. Un avantage, c'est que cela a une certaine évidence : voilà quelqu'un qui parle à partir de sa propre expérience. Un inconvénient, c'est que c'est tout à fait personnel et par là, peut-être aussi partial. Cependant, ce que j'aimerais vous rapporter n'est absolument pas individuel. Je vais vous racontez des choses personnelles, dont je suis convaincu qu'elles sont transposables à d'autres personnes. (...)

Comment cela ce fait-il ? C'est tout simple. Il suffit de le faire, de le laisser faire, et cela se fait presque tout seul. Une condition importante doit d'ailleurs être donné, si l'on veut se nourrir des forces de la lumière : il faut y croire. Pour le dire autrement, ou même mieux, on doit s'ouvrir, on doit avoir confiance. Ce dernier point est peut-être le plus important, il est décisif, car en fait, lorsque j'ai fait ce changement, je ne sais pas exactement si j'y ai cru moi-même. C'est bien plus avec une attitude fondamentale d'ouverture que j'ai attendu ce changement. (...)

Le processus de changement vers la nutrition par la lumière est précisément décrit dans le livre de Jasmuheen Vivre de lumière. En soi, le livre ne me plait pas particulièrement, mais la partie qui concerne le processus de changement proprement dit est bien écrite et donne une bonne idée d'ensemble; on peut prendre les instructions presque comme un livre de cuisine. Celui qui veut essayer lui-même le changement, je lui recommande absolument de lire ce texte, de le prendre à coeur et de le suivre.
Le processus s'étend sur une durée de trois semaine et c'est pourquoi on l'appelle aussi le "processus des 21 jours". (...)

Pendant l'ensemble du processus il est important d'être conscient que l'on est libre de toutes ses décisions et que l'on peut interrompre le processus absolument à n'importe quel moment. (...)

Que se passe-t-il vraiment dans la nutrition par la lumière ?
Comment est-elle vécue et perçue ? Après le processus des 21 jours ou même déjà au cours de la première semaine, j'étais nourri. Nourri au sens suivant : il y a une certaine force, une source de force, un courant de vie, une certaine force de vie, que l'on peut sentir nettement. Dans les tout premiers jours du processus, ce n'était pas encore présent, mais soudain cela a surgi, environ à partir du quatrième jour, et cela persiste encore jusqu'à aujourd'hui. (...)
Cela signifie que la nutrition par la lumière se produit continuellement et comme par soi-même. (...)

Le processus de nutrition par la lumière est un cadeau du monde spirituel qui nous entoure et nous pénètre, une tentative pour briser les effets du matérialisme prédominant, cela, j'en suis fermement convaincu. (...)
Extrait de : Se nourri de lumière (La conférence)
Commande sur Amazon : Se nourrir de lumière - L'expérience d'un scientifique


Réflexion critique sur l'expérience.
Cette présentation met clairement en évidence une contradiction de l'étude due au système. La science actuelle doit isoler un sujet d'expérimentation de presque toutes les énergies vitales si, à l'intérieur d'un système donné, on doit mettre en évidence qu'il peut se nourrir directement d'énergie vitale. Et on s'étonne ensuite que la nutrition n'ait pas eu lieu dans la mesure attendue, et ait plutôt correspondu à un jeun. Une personne qui pense logiquement ne peut, en fait, pas s'en étonner, puisque c'était vraiment un jeun que d'être dans un espace stérile, éclairé et aéré artificiellement, coupé de tout ce qui porte naturellement la vie, (l'eau en suspension dans l'air, les rencontres humaines, et le mouvement autonome naturel). Cela n'était, pour les participants et en particulier pour Michael Werner, pas suffisamment clair avant l'étude.
   Ainsi, l'expérience peut maintenant être interprété de différentes manières. D'une part, elle peut montrer qu'il est impossible à un homme de se nourrir de "lumière", et qu'il s'agit en fait seulement d'une forme de jeûne. D'autre part, elle peut montrer que, dans un environnement artificiel, hostile à la vie et stérile, il est impossible de se nourrir directement d'énergie vitale, de lumière. Les deux interprétations sont possibles, et il revient au lecteur de décider librement à laquelle des deux possibilités il veut donner la préférence. (...)
Thomas Stöclki dans : Se nourrir de lumière
Commande sur Amazon : Se nourrir de lumière - L'expérience d'un scientifique





  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...