dimanche 16 février 2014

Viktor Emil Frankl



Viktor Emil Frankl, né à Vienne le 26 mars 1905 et décédé à Vienne le 2 septembre 1997, était un professeur autrichien de neurologie et de psychiatrie. Il est le créateur d'une nouvelle thérapie qu'il baptise : logothérapie qui prend en compte le besoin de « sens » et la dimension spirituelle de la personne.
Source (et suite) du texte : wikipedia
Autre biographie : agora


Bibliographie (en fr) :
- Ce qui ne figure pas dans mes livres, Ed. Dunod, 2014
- Le Dieu inconscient, Psychothérapie et religion (1975), InterEditions, 2012.
- Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie (1946), Ed. J'ai Lu, 2013.
Collectif :
avec Georges Elia Sarfati et Vincent Lenhardt, Nos raisons de vivre à l'école du sens de la vie, InterÉditions,‎ 2009
Actes d'un colloque « Présence de Frankl » (avec un article inédit), Ed. du Tricorne, 1996.
Etude :
Pascal Le Vaou, Une psychothérapie existentielle : La logothérapie de Viktor Frankl, Ed. L'Harmattan, 2006
Elisabeth Lukas, La logothérapie : théorie et pratique. Ed. Pierre Téqui,  2002
Sites officiels : Viktor Frankl (Autriche) / logotherapie (Suisse) / logotherapie (France)


J"avais enfin découvert la vérité, la vérité telle qu'elle est proclamée dans les chants des poètes et dans les sages paroles des philosophes : l'amour est le plus grand bien auquel l'être humain peut aspirer. (...)

Lorsque le détenu s'abandonnait à sa vie intérieure, il éprouvait, entre autres,un sentiment de gratitude vis-à-vis de la beauté de la nature. C'est grâce à cela qu'il oubliait parfois sa misère. Si lors de notre voyage d'Auschwitz à un camp bavarois, quelqu'un avait pu voir l'expression de nos visages à travers les barreaux de la fenêtre du wagon lorsque nous contemplions les montagnes et leurs cimes rayonnantes dans le coucher de soleil, il n'aurait jamais cru que les hommes qu'il voyait avaient perdu tout espoir de survivre et de retrouver leur liberté. En dépit, ou peut-être à cause de cela, nous étions transfigurés par la beauté de la nature, dont nous avions été privés si longtemps. (...)

Ceux qui ont vécu dans les camps se souviennent de ces prisonniers qui allaient, de baraque en baraque, consoler leurs semblables, leur offrant les derniers morceaux de pain qui leur restaient. Même s'il s'agit de cas rares, ceux-ci nous apportent la preuve qu'on peut tout enlever à une personne excepté une chose, la dernière des libertés humaines : celle de décider de sa conduite, quelles que soient les circonstances dans lesquelles elle se trouve.
Extrait de : Découvrir un sens à sa vie
Commande sur Amazon : Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie

La personne spirituelle reste intacte, et même encore dans la psychose; la personne peut bien encore être cachée et "bloquée" par les événements de la maladie qui sont au premier plan - à l'arrière plan elle est toujours là comme auparavant, même si elle est impuissante et invisible. (...)

Tandis que  la personne spirituelle peut être aussi bien consciente qu'inconsciente, la personne spirituelle en ce qu'elle a de plus profond est obligatoirement inconsciente. (...) Pour éclairer les choses par un modèle, n'en va-t-il pas de même pour les yeux ? De même que là où elle prend son point de départ, à savoir la place d'entrée du nerf optique en elle, la rétine a sa tache aveugle, il en va de même pour l'esprit, qui est aveugle à son origine, aveugle par rapport à tout examen sur lui-même, et à toute mise en miroir; là où il est tout à son origine, où il est lui-même, il est soi-même inconscient. Et à partir de là vaut pleinement ce qui est formulé dans les anciens Védas de l'Inde, que "ce qui voit ne peut pas être vu, ce qui entend ne peut pas être entendu, et que ce qui pense ne peut pas être pensé.
Extrait de : Le Dieu inconscient
Commande sur Amazon : Le Dieu inconscient - Psychothérapie et religion
Source : logothérapie

Ce que j'appelle le vide existentiel constitue un défi pour la psychiatrie contemporaine. De plus en plus de patients se plaignent d'un sentiment de vide et de non-sens, qui peut, selon moi, être attribué à deux facteurs. Contrairement à l'animal, les instincts ne disent pas à l'être humain ce qu'il doit faire. Et contrairement aux époques plus reculées, les traditions ne lui indiquent plus ce qu'il devrait faire. Le plus souvent l'être humain ne sait même plus ce qu'il veut fondamentalement. Ainsi, faute de savoir lui-même à quoi il aspire, il en vient à désirer de faire ce que les autres font (conformisme) ou de faire ce que les autres veulent qu'il fasse (totalitarisme). J'espère réussir à partager avec le lecteur ma conviction qu'en dépit de l'effondrement des traditions, la vie recèle un sens pour chacun, et plus encore, qu'elle conserve ce sens, littéralement jusqu'à notre dernier souffle.
Extrait de : Nos raisons de vivre (Quatrième de couverture)
Commande sur Amazon : Nos raisons de vivre : A l'école du sens de la vie




Les Racines du ciel par Frédéric Lenoir, Leili Anvar
Viktor Frankl avec Pascal le Vaou (16.02.2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...