samedi 30 décembre 2017

Notre ennemi, le capital

MAJ de la page : Jean-Claude Michéa / Paul Jorion



Entretien avec Jean-Claude Michéa (Comédie du Livre, 19 mai 2017)

Si l'on veut réellement rassembler la grande majorité des classes populaires autour d'un programme de déconstruction graduelle du système capitaliste (et non pas simplement accroître ses privilèges électoraux), il faut impérativement commencer par remettre en question ce vieux système de clivages fondé sur la "confiance aveugle dans l'idée de progrès", dont les présupposés philosophiques de plus en plus paralysants (du type "parti de demain" - celui de la Silicon Valley - contre "parti d'hier" - celui de l'agriculture paysanne ou de la culture du livre) ne cessent d'offrir depuis plus de trente ans à la gauche européenne le moyen idéal de dissimuler sa réconciliation totale avec le capitalisme sous les dehors beaucoup plus séduisants d'une lutte "citoyenne" permanente contre toutes les idées "réactionnaires" et "passéistes".
Quatrième de couverture
Jean-Claude Michéa, Notre ennemi, le capital, Ed. Flammarion, 2017



En marche !

* * *





L'Invité des Matins par Florian Delorme
L'intelligence artificielle sera-t-elle à l’origine de la prochaine crise ? 27/12/2017
Avec Paul Jorion, anthropologue et ancien trader

Responsable des crises économiques et environnementales catastrophiques qui l’affligent et menacent aujourd’hui de l’emporter, le genre humain est paradoxalement aussi un génie technologique. Les fruits de son inventivité sont entrés dans une phase explosive, faisant miroiter à la fois la promesse de l’immortalité individuelle et la déresponsabilisation par le transfert de la gestion des affaires à des machines.
À quoi bon penser à l’heure où se profile à l’horizon la menace du remplacement de l’homme apprenti-sorcier par le robot, son héritier  ?
Paul Jorion a acquis sa réputation internationale en prévoyant la crise financière de 2008 et en étant conforté par les faits. Sa formation d’anthropologue et de sociologue, combinée à son goût pour les mathématiques et l’informatique, l’a conduit à jouer un rôle pionnier en anthropologie économique, en intelligence artificielle et en finance. Ses mises en garde sur le danger d’un effondrement mettent en accusation les choix politiques inconséquents débouchant sur un risque de collapse généralisé.
Esprit libre et érudit, ignorant les approches disciplinaires «  en silo  », Paul Jorion enrichit les outils de la pensée. Avec Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert, il revient sur son parcours et sa démarche pour démontrer que seule une anthropologie radicale mobilisant la totalité du savoir que le genre humain a acquis sur son identité profonde est à même de prévenir est à même de prévenir son  extinction
Quatrième de couverture
Paul Jorion,  A quoi bon penser à l'heure du grand collapse ? Ed. Fayard, 2017.




Données, savoir et pouvoir avec Paul Jorion, Jean-Max Noyer, Olivier Rey, Antoinette Rouvroy (Etudes digitales, La donnée n'est pas la pensée, 2017)
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...