mercredi 21 février 2018

Choisir le Bonheur

MAJ de la page : Alyna Rouelle / Alyna Rouelle à Genève (juillet 2018)

Choisir le Bonheur
Par Alyna Rouelle, le 19 février 2018 - Lumière de vie


Les montagnes dans le bleu juste avant la tombée de la nuit… En contemplant  cette Beauté indescriptible hier, je pleurais. Je ne pouvais pas faire autrement. J’étais tellement heureuse. Tout était si parfait. Et alors, quelque chose en moi est venu essayer de tout gâcher.

Il est incroyable de réaliser combien il nous faut travailler dur parfois pour accepter le bonheur lorsqu’il se présente. Il y a toujours une voix perverse (et horriblement efficace) pour nous rappeler quelque chose de douloureux, quelque chose de terrible, quelque chose de notre passé qui, selon cette voix, est plus important que notre bonheur de l’instant, et qui, surtout, devrait suffire pour que l’on s’interdise le bonheur à tout jamais.

« As-tu déjà oublié ce qu’il s’est passé il y a deux mois ? Est-ce que tu es vraiment en train de sourire… ? Comment peux-tu te sentir aussi bien ? Comment peux-tu te sentir tant aimée, et aimer autant… ? Comment peux-tu te sentir bénie, être si débordante de gratitude ? Est-ce que tu es juste tout simplement Heureuse ? Non mais tu plaisantes ?! Viens par ici je vais régler ça pour toi rapidement… »

Eh bien… Oui. Nous avons le droit d’être heureux malgré tout. Nous avons le droit de dire oui au bonheur lorsqu’il arrive dans nos vies, et le droit de le serre très fort contre nos coeurs afin qu’il ne s’envole plus.
Il est impossible d’oublier certaines choses, et il est impossible de ne plus jamais pleurer ou avoir mal parfois. Mais il est possible d’être Heureux. Pleinement heureux. D’un Bonheur Pur, Neuf, Total. Sacré.
Malgré tout ce qui m’est arrivé ces derniers mois, je suis si Honorée et Heureuse d’être qui je suis et d’être dans cette Vie !

Beaucoup d’entre vous m’écrivent quotidiennement leurs peines, leurs doutes, leurs peurs… et leurs « raisons » de ne pas être heureux. L’état de la planète, la cause animale, la maltraitance, la guerre, l’état du monde, la maladie, la mort, l’argent, le travail, le wifi, le gluten, la pluie, la vie, tout, rien, les autres, soi-même…

Nous avons tous des milliers (que dis-je… des milliards) de raisons d’avoir envie de tomber à genoux et de désespérer. Chacun de nous souffre, chacun de nous a mal, chacun de nous affronte la peur, le doute, le brouillard, la solitude, le vide, le trop plein. Nous sommes sur un chemin parsemé d’une foule de choses destinées à nous faire grandir, à nous faire aimer, à nous faire… choisir. À chaque pas nous pouvons choisir d’aimer, de dire merci, de sourire, à chaque pas nous pouvons choisir le bonheur. Ou autre chose.

Laissez-moi vous raconter une petite histoire que j’ai toujours trouvée vraiment jolie.

« Deux ânes, après avoir passé la nuit à voyager dans la forêt pour rentrer chez leur maître tombent dans deux trous profonds. Impossible de s’en extirper en sautant, ils sont véritablement prisonniers. Arrive alors un homme qui, voyant sa prise, ricane et se frotte les mains et commence à jeter sur chaque âne des pelles de terre. L’un des deux ânes s’effondre et crie à l’autre qu’ils sont perdus, qu’ils n’ont plus aucune chance. À chaque pelle de terre reçue sur la tête, il peste contre l’homme et se retrouve bien vite presque enterré, incapable de bouger. Lorsqu’il lève les yeux pour voir la lumière du jour une dernière fois, il aperçoit son ami, et bouche bée, lui demande comment il a fait pour sortir de son trou !
Une fois son acolyte libéré, l’âne explique qu’il a simplement travaillé à tasser la terre sous ses sabots chaque fois qu’il en recevait une nouvelle pelletée. Peu à peu, le sol de la prison devint de plus en plus haut, jusqu’à lui permettre d’en sortir, d’assommer ce mauvais homme et de s’enfuir avec son ami. »

Nous ne pouvons pas forcément éviter de recevoir des pelles de terre sur la tête, mais nous pouvons toujours sortir des trous dans lesquels nous tombons parfois. Il n’est aucune prison éternelle pour l’être puissant et divin que vous êtes. Il n’est aucune barrière que vous ne puissiez franchir, aucun mur que vous ne puissiez abattre, aucune immensité que vous ne puissiez traverser. Retrouvez votre puissance, acceptez les bénédictions qui s’offrent à vous.

C’est un Choix ! Et si, comme nous tous, vous avez parfois besoin qu’on vous le rappelle : il vous faut oeuvrer pour manifester vos rêves. Trouver l’équilibre entre les merveilleuses intentions qui savent nous submerger dans les moments de calme, poser les actes justes et travailler parfois très dur.

Lorsque je regarde en arrière et que j’observe tout ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant, je vois la somme d’heures et d’heures à maintenir mes idées et travailler sans relâche  les faire devenir réalité. Non pas dans la force, mais dans la détermination. Et lorsqu’il m’est arrivé de douter, j’ai travaillé trois fois plus.

Je dis souvent : La Vie c’est Sacré, mais ça n’est pas sérieux.
Mais soyez sérieux lorsqu’il s’agit de créer la vie de vos rêves !
Agissez.
Maintenant.
Vous êtes le seul à pouvoir le faire, et vous êtes le seul à pouvoir le faire comme vous le souhaitez. N’est-ce pas merveilleux ?
Vous êtes béni.
Vous êtes divin.
Vous êtes humain.
Vous êtes tout.
Vous n’êtes rien.
Vous pouvez être incroyablement fier d’être qui vous êtes, là tout de suite.
Tout. Va. Bien.


Alyna

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...