mercredi 11 juillet 2018

"N'est-ce pas singulier que je sois constamment transportée de joie, sans raison ?"



Rosa La Vie, Rosa Luxembourg, lettres de prison, lecture de Anouk Grinberg  (Paris, 27 septembre 2009)
Voir aussi la présentation du spectacle par la comédienne : Youtube



Rosa Luxembourg (Ina)

N'est-ce pas singulier que je sois constamment transportée de joie, sans raison ? De temps à autre, au loin, le roulement étouffé d'un train ou bien tout près le palant de la sentinelle. Je suis étendue, là, seule, livrée à l'obscurité, à l'ennui, à l'hiver, et malgré tout une joie étrange, inconcevable, fait battre mon coeur, comme si je marchais dans une prairie en fleurs, sous un soleil éclatant. Alors je cherche une raison à cette joie, je n'en trouve pas, je crois que c'est la vie qui est l'unique secret. 


Rosa Luxemburg, souvent retranscrit en français Rosa Luxembourg, en polonais Róża Luksemburg, née le 5 mars 1871 à Zamość dans l'Empire russe (actuelle Pologne) et morte assassinée le 15 janvier 1919 à Berlin en Allemagne, est une militante socialiste et théoricienne marxiste.
Née sujette polonaise de l'Empire russe, elle s'exile en Suisse pour suivre des études, puis prend la nationalité allemande afin de poursuivre en Allemagne son militantisme socialiste. Figure de l'aile gauche de l'Internationale ouvrière, révolutionnaire et partisane de l'internationalisme, elle s'oppose à la Première Guerre mondiale, ce qui lui vaut d'être exclue du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). Elle cofonde la Ligue spartakiste, puis le Parti communiste d'Allemagne. Deux semaines après la fondation de ce dernier, elle meurt assassinée à Berlin le 15 janvier 1919 pendant la révolution allemande, lors de la répression de la révolte spartakiste.
Ses idées ont inspiré des tendances de la gauche communiste et donné naissance, a posteriori, au courant intellectuel connu sous le nom de luxemburgisme. L'héritage de Rosa Luxemburg a cependant été revendiqué, de manière contradictoire, par des mouvances politiques très diverses.
Source (et suite) du texte : wikipedia

Le capitalisme est la première forme économique douée d'une force de propa­gande ; il tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes écono­mi­ques, n'en supportant aucune autre à côté de lui. Et pourtant il est en même temps la première forme économique incapable de subsister seule, à l'aide de son seul milieu et de son soi nourricier. Ayant tendance à devenir une forme mondiale, il se brise à sa propre incapacité d'être cette forme mondiale de la production. Il offre l'exemple d'une contradiction historique vivante ; son mouvement d'accumulation est à la fois l'expression, la solution progressive et l'intensification de cette contradiction. A un certain degré de développement, cette contradiction ne peut être résolue que par l'application des principes du socialisme, c'est-à-dire par une forme économique qui est par définition une forme mondiale, un système harmonieux en lui-même, fondé non sur l'accumulation mais sur la satisfaction des besoins de l'humanité travailleuse et donc sur l'épanouissement de toutes les forces productives de la terre.
Source (et texte entier) : L'accumulation du capital
Autres textes : marxists



Rosa Luxembourg, film de Margarethe von Trotta (1986) VOSTFR
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...