mercredi 28 septembre 2011

Chameli Gad Ardagh


Chameli Gad Ardagh est née en 1971 en Norvège. Elle est venue en Amérique en 2001 et depuis elle donne avec son mari Arjuna les séminaires "L'amour profond". Elle a fondé un réseau international de groupes de femmes ("The Temple Group Network"), et se passionne pour la recherche d'une spiritualité placée davantage sous le signe du féminin. Elle a écrit ou co-écrit deux ouvrages.
Source du texte : Rita Marie Robinson, Femme ordinaires, Sagesse extra ordinaire.
Commande sur Amazon : Femmes Ordinaires - Sagesse Extraordinaire


Bibliographie (en français) :
Chameli Gad Ardagh dans : Rita Marie Robinson, Femmes ordinaires, Sagesse extra ordinaire, le visage féminin de l'éveil, Ed,. Le Lotus d'Or, 2010
Site officiel : 
awakening women


Voulez-vous développer cela. 
Le terme de spiritualité féminine n'a de sens que si l'on songe que la spiritualité a été entièrement sous la domination masculine pendant des milliers d'années. Il était question de transcender, de s'échapper, d'ici, de la finalité, de l'état parfait que l'on compare constamment à cet instant présent. Dans les traditions orientales surtout, l'image de liberté spirituelle est la vacuité, le vide. La vie dans un corps humain a été considérée comme une distraction. Nous avons considéré ceci comme le reflet de la vérité suprême.
   Pour moi, ceci reflète une sorte de peur de la vie ou bien un désir de s'échapper, la préférence masculine. Ainsi, ce qu'apporte la spiritualité féminine est une complétude ou un équilibre à la spiritualité, une qualité plus englobante, basée sur le maintenant. Le féminin nous rappelle qu'il n'y a pas moyen de séparer le substrat non manifeste de l'être de sa manifestation : les deux sont sacrés. Et comme vous l'avez dit, ce ne sont pas seulement les femmes qui pratiquent ceci, les hommes eux aussi demeurent présent dans la relations et dans la famille, dans la vie. Le féminin voit la vie comme une explosion de tout ceci; elle change de forme en permanence, elle ne semble pas avoir de fin. Il n'arrivera pas un moment où nous aurons suffisamment médité, fait suffisamment de thérapie, suffisamment d'affirmations, pour qu'ensuite la vie devienne facile, paisible, harmonieuse. Cela ne se passe pas ainsi !
   Alors quand vous commencez à voir la vie ainsi, le choix que vous avez est soit de lui résister, soit de lui faire bon accueil. Quand je parle d'accueil, ce n'est pas une façon abstraite ou conceptuelle, c'est réel en ce sens que nous manifestons une volonté de rester présent à tout ce qui peut survenir. C'est ce que j'entends par incarnation. L'éveil lui-même est simplement une prise de conscience de ce qui est ici. Il s'agit d'incarner cette présence, de retourner à l’amour même au milieu de tout ce qui se passe.
   C'est un énorme travail, surtout pour les femmes. Je rencontre beaucoup de femmes qui ont déjà suivi des voies masculines et qui considèrent les sentiments comme un obstacle à la vérité. La spiritualité masculine nous a enseigné pendant des siècles à nous tenir à l'écart des sentiments, à nous en éloigner. Une grande partie du travail que je fais avec les femmes est une déprogrammation de concepts, afin qu'elles puissent faire confiance à leur propre coeur et à leur propre sagesse. Nous plongeons complètement dans les sentiments, laissant derrière nous l'addiction à l’histoire, demeurant simplement dans les sentiments bruts, innocents. Être totalement avec les sentiments c'est être présence, parce que les sentiments sont faits de la même substance. Elle vient de la même source.
   Collectivement, nous sommes en train de traverser une période très difficile. Ressentir la douleur du monde fait partie de ma pratique. Je peux visiter des endroits très sombres, comme le désespoir, mais je ne créé pas une histoire autour de lui. Quand vous demeurez avec le sentiment, l’essence brut du sentiment, il change parce qu'il n'est pas collé à l'histoire. La vraie liberté c'est avoir le choix entre désespoir et joie. Peu importe, c'est juste une saveur. C'est l'une de mes véritable passions ; explorer ces sentiments, sans résistance. Quand nous résistons, nous divisons : ceci ou cela, ceci mais pas cela.

(...)
Vous avez dit que de nombreuses personnes faisaient l'expérience de ce changement à présent. Comment interprétez-vous cela ?
Je ne suis pas douée pour les théories. Je vois simplement que de plus en plus de gens ont cette réalisation. Mais du fait qu'ils ne l'incarnent pas pleinement, qu'ils ne la vivent pas pleinement, ils croient qu'ils doivent la chercher à nouveau. Il s'agit davantage de vivre la réalisation que vous avez et trouvez le moyen de le faire maintenant, plutôt que de chercher quelque chose que vous croyez ne pas avoir.
Source du texte : Rita Marie Robinson, Femme ordinaires, Sagesse extra ordinaire.
Commande sur Amazon : Femmes Ordinaires - Sagesse Extraordinaire


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...