dimanche 27 novembre 2011

Roger Federer


Roger Federer est un joueur de tennis né le 8 août 1981 à Bâle1. Joueur professionnel depuis 1998, il détient le record de 302 semaines (5 ans et 9 mois et demi) passées à la première place du classement mondial de tennis ATP World Tour, ainsi que le record masculin de 18 victoires dans les tournois du Grand Chelem2. Il a terminé l'année calendaire à la première place mondiale à cinq reprises (en 2004, 2005, 2006, 2007 et 2009).
Roger Federer a gagné à ce jour 89 titres, dont 24 tournois majeurs et 24 Masters 1000. Son doublé Roland-Garros-Wimbledon en 2009 lui a permis de réaliser le Grand Chelem en carrière sur cinq surfaces différentes. Vice-champion olympique à Londres en 2012, il avait gagné, quelques semaines plus tôt, le tournoi de Wimbledon, égalant ainsi, dans l'ère Open du tennis, le record de sept couronnements à Londres jusqu'alors détenu par le seul Pete Sampras.
Il est le seul joueur de l'histoire du tennis à avoir gagné cinq fois trois tournois du Grand Chelem (l'Open d'Australie, le tournoi de Wimbledon et l'US Open), dont cinq fois de suite deux tournois du Grand Chelem (le tournoi de Wimbledon et l'US Open) et réalisé par ailleurs trois fois le petit Chelem (en 2004, 2006 et 2007). Il est également le seul homme à être allé en finale de chaque tournoi du Grand Chelem au moins cinq fois, et le seul à avoir remporté 6 fois la Masters Cup en fin d'année.
Parmi ses nombreux records, font partie des plus marquants ses dix finales consécutives, vingt-trois demi-finales consécutives et trente-six quarts de finale consécutifs dans les tournois du Grand Chelem3. Enfin, en 2014, il remporte la Coupe Davis avec la Suisse, en battant l'équipe de France au stade Pierre Mauroy à Villeneuve-d'Ascq4. Après une saison 2016 sans titre et six mois hors des terrains pour cause de blessure, il revient, à 35 ans, à l'Open d'Australie 2017 qu'il remporte contre son meilleur rival Rafael Nadal, renouant avec la victoire dans les tournois du Grand Chelem cinq saisons après son dernier triomphe à Wimbledon, et portant à dix-huit son record de succès dans les quatre tournois majeurs. Un tel palmarès amène de très nombreux observateurs, joueurs et spécialistes, à le considérer comme le plus grand joueur de tennis masculin de tous les temps wikipedia 

Roger Federer joue de la main droite et pratique un revers à une main, ce dernier coup étant relativement rare parmi les joueurs du circuit qui lui préfèrent en très grande majorité le revers à deux mains. Toutefois, l'Américain Pete Sampras, à qui Federer est souvent comparé, effectuait également son revers à une main, accentuant ainsi les tentations de comparaison entre les deux champions. Il possède un jeu très complet, efficace sur toutes les surfaces y compris sur terre battue. Il ne base pas son jeu sur une technique précise et sa particularité est justement d'adapter son jeu en fonction des conditions (adversaire, surface, climat, fatigue) pour pouvoir réaliser le meilleur coup possible à un moment donné. (...)
Source (et suite) du texte : wikipedia


Lire aussi : Et de 18 !


Chez moi, l'envie vient toute seule. Ce que je fais, souvent, c'est revenir aux racines : pourquoi, enfant, ai-je choisi le tennis ? Pourquoi ai-je travaillé si dur toutes ces années ? Qu'est-ce qui me plaît tant quand je joue ? Et j'ai tout de suite mes réponses. C'est simple : je ne pense pas qu'il existe quelqu'un qui aime le tennis plus que moi. (...)


Extrait de : L'effrayant Roger Federer, Federer a remporté son seizième titre majeur dimanche à Melbourne face à Andy Murray.




Site officiel : Roger Federer / Forum (nécessite une inscription)
Fondation : Roger Federer Fondation
La Fondation Roger Federer soutient des projets innovateur dans la région de l'Afrique australe et en Suisse. L'engagement en Afrique se concentre sur l'amélioration de la qualité de l'éducation infantile et de base. En Suisse la Fondation s'engage en faveur des jeunes talents sportifs.




 Issu d’une famille de la classe moyenne suisse, Roger Federer fut un enfant «difficile» si l’on veut bien reprendre la description de ses parents, Robert et Lynette, sa maman sud-africaine, dans l’autobiographie autorisée du champion suisse The Roger Federer story, quest for perfection, écrite par le journaliste suisse René Stauffer. Impulsive, leur progéniture avait la gentille habitude de tout envoyer balader quand un obstacle se trouvait sur sa route. (...)
Yannick Cochennec
Extrait de : Roger Federer, le sale gosse devenu classe




Un nouveau regard
Federer a changé le tennis parce qu’il nous l’a fait VRAIMENT voir sous un regard jamais vu. En termes de mouvement, il a modifié notre perception comme ont été capables de le faire Michael Jordan et Muhammad Ali qui seraient peut-être au sommet de l’enquête de Reputation Institute s’ils exerçaient encore leur talent. Il nous a donné une nouvelle définition, inédite, du beau dans son domaine et il est probable que dans 100 ans, on admirera encore les vidéos de ses matches comme on se rend au musée pour revoir un Renoir.

Dans un article du New York Times écrit en 2006, l’écrivain David Foster-Wallace, auteur influent d’une génération et qui s’est suicidé depuis, avait décrit l’expérience quasi religieuse qu’avait revêtu pour lui le fait de voir jouer en vrai Roger Federer (qu’il admirait) dans un lieu aussi mythique et sacré que le central de Wimbledon. Voici quelques lignes enfiévrées tirées de ce texte superbe:

«Il y a plusieurs sortes d’explications à la beauté de Federer. L'une d’elles implique le mystère, la métaphysique et est, selon moi, la plus proche de la vérité."

Cette explication métaphysique implique que Roger Federer est l'un des très rares athlètes «surnaturels» qui semblent échapper à certaines lois de la physique. Comme Michael Jordan, qui restait dans les airs plus longtemps que la gravité n'aurait dû le lui permettre, ou comme Muhammad Ali, qui flottait vraiment sur le ring et réussissait à placer deux ou trois crochets pendant que les autres n'en plaçaient qu'un. On peut nommer une demi-douzaine d'autres exemples depuis 1960. Et Federer est l'un d'eux - un être que certains appellent génie, ou mutant, ou extraterrestre. Il ne semble jamais bousculé ou hors d’équilibre. La balle s'approche de lui avec un temps de retard. Ses mouvements sont aussi élégants qu’athlétiques. Comme Ali, Jordan, Maradona ou Gretzky, sa substance est différente de celle des athlètes auxquels il fait face. Tout particulièrement dans les tenues blanches que Wimbledon s'amuse encore à exiger, Federer apparaît comme ce qu'il est (enfin, c'est ce que je crois): une créature dont le corps est à la fois chair et lumière.»

Le «surnaturel» de Federer, «être de chair et de lumière», ne s’aperçoit pas seulement à travers cette gestuelle unique et majestueuse, mais se lit aussi par le biais d’une statistique stupéfiante: le champion de Bâle n’a JAMAIS abandonné au cours d’un match sur le circuit professionnel (cette mésaventure ne lui est plus arrivée depuis un tournoi de jeunes en Belgique quand il avait 16 ans!). Alors que le circuit se plaint de trop jouer et de trop se blesser, le joueur qui a le plus gagné au cours des dix dernières années (et par voie de conséquence le plus joué) paraît, lui, insensible à la douleur et à la fatigue du commun des mortels.

Au fond, si on aime tellement Federer, c’est parce qu’il nous renvoie au divin pour toutes ces raisons et c’est ce que traduit Foster-Wallace sans que cela soit ridicule. Le Suisse porte un mystère quasi mystique qui nous fascine, ce qui ne sera jamais le cas, par exemple, de Nadal ou de Djokovic que l’on a déjà vu grimacer de douleur ou même carrément jeter l’éponge et qui nous semblent de fait relativement humains.

L’art est de nous faire voir ce que l’on ne voit pas habituellement, disait Bergson qui estimait que l’artiste (et donc le sportif quand il a la grâce) a pour fonction de faire apparaître l’invisible dans l’espace du visible et qu’il nous apprend à changer notre vision du monde. Le sport, quand il est érigé en art comme avec Federer, peut changer la réalité ou nous donner cette illusion. Voilà pourquoi sans doute le monde en question respecte et admire tant Federer, si vrai et tellement irréel à la fois.
Yannick Cochennec. 
Extrait de : Roger Federer a-t-il changé le monde ? Le tennisman a été récemment désigné 2e personnalité la plus respectée, admirée et digne de confiance de la planète, juste derrière Nelson Mandela, par un sondage portant sur 51.000 personnes dans 25 pays.

Les 30 ans du Bâlois :



 















Vidéos : TSR (Le parcours d'un champion, 10 clips)
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...