vendredi 14 novembre 2014

Croyances au pluriel



Les Nouveaux chemins de la connaissance par Adèle Van Reeth
Les chemins du vendredi avec Henri Atlan 14.11.2014



Continent sciences par Stéphane Deligeorges
Quel type de croyance engage la vérité dans les sciences 01.09.2014


Henri Atlan (né le 27 décembre 1931 à Blida en Algérie) est un intellectuel, médecin biologiste, philosophe et écrivain français.
De 1983 à 2000, il a été membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) en France pour les sciences de la vie et de la santé. Il est aussi professeur émérite de biophysique et directeur du centre de recherche en biologie humaine de l'hôpital universitaire d'Hadassah, à Jérusalem, et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Source (et suite) du texte : wikipedia
Bibliographie : wikipedia
En ligne :
Interview (2010) : Les dialogues stratégiques


Quand, dans les années 1970 en Californie, les amis hippies de Henri Atlan déclaraient en état modifié de conscience : «Je me sens traversé par l'énergie cosmique», Atlan pensait : «Voilà l'effet vaso-dilatateur qui débute». Un phénomène, deux descriptions : les croyances, qu'elles soient mystiques, scientifiques ou chamaniques, ne sont pas incompatibles entre elles.
Qu'est-ce qui nous pousse à croire en telle explication plutôt qu'en l'autre ? L'habitude, l'autorité de nos pairs, notre mode de vie... y a-t-il des critères plus rationnels ? La très grande originalité de la thèse d'Atlan sur la croyance est de dépasser la distinction entre religion et science. Un scientifique croit à des hypothèses et à des théories, il va même jouer toute sa carrière sur le fait de croire en une théorie plutôt qu'en une autre. C'est le moteur d'une pensée vivante, du si fécond esprit critique.
Henri Atlan décompose ici les «régimes de la croyance» entre lesquels nous naviguons en permanence : les croyances provisoires (celles du scientifique), les croyances définitives (le dogme religieux), les croyances pratiques (très présentes dans le judaïsme : on peut manger kasher ou faire circoncire son enfant sans croire en Dieu) et les croyances énoncées (c'est-à-dire en certaines maximes). Paradoxalement, on peut aussi croire en des phénomènes inhabituels, tout à fait réels mais qui peuvent sembler incroyables ou, au contraire, croire en des phénomènes habituels et réguliers, presque automatiques, mais contestables.
Science, mythe, fiction, superstition... Au début était la croyance, nous dit Atlan. Une faculté précieuse à travailler et cultiver, fondement de la connaissance et de notre expérience du monde.
(Quatrième de couverture)


Introduction :
le LSD et le chaman

Je suis souvent interpellé comme beaucoup d'autres par la question : «Êtes-vous croyant ?» Cette question chaque fois me déconcerte car je ne sais pas comment la comprendre et ne peux donc pas lui donner une réponse sensée. Elle est parfois plus précise : «Croyez-vous en Dieu ?» comme si la question de croire ou non, implicitement, ne se posait qu'à ce sujet. Mais ce n'est qu'une apparence, car comment savoir ce que mon interlocuteur entend par là ? Aussi, le plus souvent, suis-je réduit à répondre par une question : «Croyant en quoi ?» ou «en quel dieu ?» Celui de Pascal ou de Spinoza ? Le feu d'Héraclite, Agni, Vishnou, Shiva, celui de la Trinité dans son interprétation monophysite ou dans celle de ses opposants ? Ou celui de ces Juifs hassidiques qui le jugèrent et le condamnèrent dans un procès organisé suivant les règles avec accusation et défense, où il s'agissait de savoir s'il respectait ou non le contrat établi avec son peuple de les préserver des persécutions s'ils observaient les commandements de sa loi ?
Les choses sont beaucoup plus simples quand le contenu de la croyance en question est assez précis pour qu'une réponse justifiée et argumentée puisse lui être apportée, reposant éventuellement sur un savoir solide, rationnel et en outre parfois partagé. Je réponds sans hésiter par la négative à des questions telles que «Croyez-vous que la Terre est plate ?» ou même «Croyez-vous en l'astrologie ?» Mais dans tous les cas, d'où viennent nos croyances ? Comment se forment-elles ? Dépendent-elles de notre bon vouloir ou nous sont-elles imposées et de quelles façons ? Curieusement, «être croyant» est devenu synonyme de «croire en Dieu», comme si l'objet de la croyance était implicite et n'avait pas besoin d'être précisé. Mais il en existe bien d'autres qu'il faut tenter d'analyser, car celui-ci n'est pas le plus représentatif malgré sa place apparemment incontournable, bien que limitée à la culture et aux langages de l'Occident et du Moyen-Orient ; suivant une remarque de Cornélius Castoriadis à propos de l'«imaginaire social», Dieu n'existe que pour les peuples dont la langue contient le mot «Dieu». Qu'en est-il de la croyance bouddhiste en la vacuité, et en la réincarnation ? De croyances métaphysiques telles que celle au libre arbitre ? Et de celle en la réalité des nombres, question qui travaille et divise la réflexion philosophique confrontée à des entités mathématiques de plus en plus abstraites, qui semblent produites par une certaine forme d'imaginaire et de logique, mais font pourtant preuve d'une grande efficacité de maîtrise concrète scientifique et technique ? Et de celles sur le caractère nocif ou non des OGM, ou encore sur la part humaine dans les changements climatiques ? Et peut-on croire encore aujourd'hui, comme beaucoup l'ont cru pendant quelques décennies, que l'essence de chaque individu est réduite à son ADN ?
De façon plus générale, choisissons-nous nos croyances ? Sont-elles individuelles, vraiment les nôtres, ou bien sont-elles plus ou moins collectivement partagées et induites en nous par mimétisme ? Quels en sont les ressorts ? La raison, les affects ou un mélange des deux ? Sont-ils les mêmes pour toutes sortes de croyances ? (...)
Extrait de : Henri Atlan, Croyances, Comment expliquer le monde ? Ed. Autrement, 2014
Source : Amazon
Commande sur Amazon : Croyances



Auto-organisation intentionnelle ? (Fondation Agalma, 2011)



Déterminisme et liberté (Agora des savoirs, 2011)



L'avenir de la science, l'avenir de l'humain (La Règle du Jeu, 2013)
   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...