mercredi 23 mai 2012

Louis Cattiaux


Louis-Ghislain Cattiaux (Valenciennes, 17 août 1904 - Paris, 16 juillet 1953). Peintre et poète, il abandonna presque totalement la pratique de la peinture pour se consacrer à la rédaction de son œuvre maîtresse Le Message Retrouvé ou l’horloge de la Nuit et du Jour de Dieu. Le Message Retrouvé est un livre véritablement original qui retrouve et renouvelle la tradition enseignée par les grands sages de tous les temps. Il contient un sens moral, philosophique et ascétique, mais aussi un sens cosmogonique, mystique et initiatique (hermétique).
Source (et suite) du texte : wikipedia
Autres biographies : le message retrouvé /  beyaeditions


Bibliographie :
- Art et Hermétisme, Oeuvres complète comprenant : Le message retrouvé, Physique et métaphysique de  l la peinture, Oeuvres poétiques, Ed. Beya,- Le message retrouvé, Ed. Beya (en poche),
- Physique et métaphysique de la peinture, Ed. Les Amis de Louis Cattiaux, 1001.
- Poèmes, Ed. La table d’émeraude, 2003
- Florilège cattésien (extrait de la correspondance de Louis Cattiaux à ses amis au sujet de l'hermétisme) dans : Croire l'incroyable, Ed. Beya, 2006
- Correspondance entre Louis Cattiaux et René Guénon, Ed. du Miroir d'Isis, 2011.
En ligne :
- Le message retrouvé
- Physique et métaphysique de la peinture (extraits) : beyaeditions
- Poèmes (extraits) : beyaeditions
- Lettres (extraits) : beyaeditions
- Hommage à René Guénon : beyaeditions
- Il faut aider les artiste : beyaeditions
- Conte sur l'humilité : beyaeditions
Site dédiés :
Le message retrouvé / en téléchargement : zip
Peintures 1 / Peintures 2 


1. Sel fleuri – Sel honoré – Sel des philosophes – Sel de verre – Sel
Universel – Sel précieux de nature – Sel philosophique de couleur
argentine – Sel blanc et doux – Sel de pierre – Sel ammoniac – Sel
volatil – Sel pur et vrai – Sel convertible – Sel pur et blanc – Sel qui
s’engendre lui-même – Sel qui se convertit en grains, fleurs, fruits,
plantes, etc. – Sel qui résout, qui sépare et qui réduit toutes choses
en première matière – Sel soluble dans l’eau – Sel gras qui fertilise
la terre – Sel végétable – Sel qui croît et qui se multiplie comme une
chose végétale – Sel de la terre – Sel hermaphrodite – Sel du monde
– Sel central – Mère des sels – Masse saline – Structure cristalline –
Corps salin – Sel de Saturne – Sel mercuriel (...)
Extrait de : Litanies hermétiques
Source (et suite) du texte : beyaeditions


L'union du fixe et du volatil

J’ai connu tardivement René Guénon, par l’intermédiaire de James Chauvet qui lui ayant parlé de mon livre Le Message Retrouvé, me conseilla de le lui envoyer. René Guénon étonné d’abord, puis intéressé de trouver en Occident un rameau de la tradition primordiale qu’il croyait tout à fait disparue ici, voulut bien faire paraître un compte rendu assez élogieux dans la revue les Etudes Traditionnelles, contrairement à son habitude qui consistait à démolir ces sortes d’ouvrages. Une correspondance s’établit alors librement, basée sur une estime réciproque, et sur un jugement concordant en ce qui concerne la profanation envahissante du monde moderne, et l’obscurcissement parallèle de la révélation primordiale. (...)
Extrait de : Hommage à René Guénon
Source (et suite) du texte : beyaeditions


Vierge germinante

Louis Cattiaux, Le Message retrouvé (Chacornac, Paris) - Compte rendu de René Guénon.
Ce livre se présente à première vue sous une forme singulière et même inusitée : chacun de ses chapitres est divisé en deux colonnes parallèles, contenant deux séries d’aphorismes ou de versets détachés qui se correspondent de l’une à l’autre. Il est évident que, dans ces conditions, il est impossible d’en donner une analyse ou un résumé quelconque ; il semble d’ailleurs plutôt fait pour fournir en quelque sorte des thèmes de méditation que pour être lu d’une façon suivie d’un bout à l’autre. Il faut dire aussi que la correspondance entre les versets des deux colonnes n’apparaît pas toujours très clairement ; mais le mieux est que nous reproduisions l’explication que l’auteur lui-même a bien voulu nous donner à ce sujet : « Les deux colonnes sont apparues naturellement comme la réplique de la Terre et du Ciel et de leur nécessaire union qui fait tout le mystère de l’incarnation de la vie et de la prise de conscience de celui qui l’habite. Ainsi la colonne de droite est une équivalence, mais non une explication de la colonne de gauche, et, en examinant les sens multiples de ces doubles versets, on peut les relier par la synthèse du mystère premier de la création toujours plus ou moins présent par la vertu du sens alchimique ». La multiplicité des sens dont il s’agit n’est d’ailleurs pas intentionnelle, « mais découle par génération naturelle de la racine-mère », c’est-à-dire du sens alchimique que l’auteur considère comme le sens central et ultime de son ouvrage. Si nous avons bien compris, celui-ci aurait été écrit sous une sorte d’inspiration, et c’est pourquoi il contient plus que ce qui a été voulu expressément, bien qu’il soit assurément difficile de déterminer la part exacte de chacun des deux éléments qui y ont ainsi collaboré. En tout cas, dans ces conditions, nous ne pensons pas qu’on puisse dire qu’il se rattache proprement et effectivement à une tradition définie ; mais du moins les tendances qui s’y expriment sont-elles en somme, d’une façon générale, celles de l’hermétisme, et plus précisément de l’hermétisme chrétien. Nous disons d’une façon générale, car, si l’on entre dans le détail, on s’aperçoit que certaines choses, consciemment ou non, semblent être venues d’ailleurs : ainsi, nous avons remarqué quelques versets qui rappellent d’une façon assez frappante certaines maximes taoïstes, et ce ne sont certes pas les moins dignes d’intérêt. Quoi qu’il en soit, l’importance primordiale que l’auteur donne au sens alchimique définit bien la « perspective » de l’ensemble, et elle en marque aussi les limites, qui ne sont autres que celles du point de vue hermétique lui-même. Nous devons ajouter qu’il se trouve ça et là quelques « étrangetés » du genre de celles qu’on rencontre presque toujours dans les écrits touchant aux formes occidentales de l’ésotérisme : ainsi, les titres des colonnes de gauche sont tous formés par une série d’anagrammes à partir du premier, ce qui fait un effet assez curieux ; mais aussi, ce qui est plus fâcheux à notre avis, certains énoncés se présentent sous une forme énigmatique qui nous semble vraiment bien peu utile ; nous n’insisterons d’ailleurs pas d’avantage sur ce défaut, car nous savons que l’auteur s’en est rendu compte lui-même et qu’il l’a fait disparaître en grande partie dans les modifications et les additions qu’il a déjà préparées en vue d’une future réédition. Nous ne savons ce que des « spécialistes » de l’hermétisme, si toutefois il en est encore de réellement compétents, pourront penser de ce livre et comment ils l’apprécieront ; mais ce qui est certain, c’est qu’il est loin d’être indifférent et qu’il mérite d’être lu et étudié avec soin par tous ceux qui s’intéressent à cet aspect particulier de la tradition.»
Source du texte : beyaeditions

Pour lire en entier le message retrouvé : ICI







2 commentaires:

  1. Intéressant de retrouver les artistes que vous présentez ces derniers jours et au moment où il y a tellement de délirection dans l'art contemporain.
    Une nouvelle théorie de l'art sacré contemporain est parue avec l'exposition "Les Maîtres du Désordre" au Musée du quai Branly.

    Voilà un lien qui peut apporter de l'eau au moulin :
    http://www.libertepolitique.com/L-information/Decryptage/Sorciers-chamanes-et-performers-les-maitres-du-desordre

    Que cherchent l'art et les artistes ??? un commentateur parle de néo-païen et qu'est-ce qu'on pense sur ce site ???

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'info. Difficile d'émettre la moindre opinion sans avoir vu l'expo. (Si j'ai l'occasion de passer à Paris avant la fin juillet je me laisserai tenter).

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...